AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 I'm singing in the rain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eden B. Austen
PADAWAN
avatar


MessageSujet: I'm singing in the rain   Sam 17 Avr - 22:36

Question que je me pose depuis un moment, pourquoi est-ce que je suis venue habiter ici ? Il n’y a rien à faire. Il pleut tout le temps et je commence à m’ennuyer. Bien entendu, je suis quelqu’un qui est toujours joyeuse, qui ne pense qu’à s’amuser mais alors pourquoi suis-je dans une ville aussi morte que Dublin ? Dublin, ville irlandaise où tu t’ennuies profondément la plupart du temps. A h oui ! J’étais venue ici pour un job et je devais apprendre les textes du nouveau dessin animé en vogue pour les enfants. Bien entendu, j’irai le voir au cinéma et si on compte le fait que je suis connue chez les enfants de cinq ans, c’en est presque tordant.

Je venais de sortir du studio de doublage quand une grosse averse me tomba dessus. Ignoble. J’étais trempée. Alors, je pris mon sac et le mis sur ma tête. C’est quoi ce délire ? Je commençai déjà par me demander comment j’allais faire pour rentrer chez moi qui étais dans le quartier de Dublin Four. C’est cela qui était drôle, c’est que je vivais dans un quartier étudiant mais je n’allais pas à la fac. Ne me laissant pas abattre pour si peu, je me mis à marcher très vite. Jamais, je ne prenais les transports en commun, c’était pour les feignants. Je préférais marcher.

Les rues étaient désertes et cela m’étonnait. Mais en même temps, vu la pluie qui s’abattait sur Dublin, ma surprise se dissipa peu à peu. Je n’aimais pas la pluie, je préférais le soleil, cela allait mieux avec mes cheveux blonds. Mon blond ternissait quand il n’était pas au soleil. Lentement, je me mis à regarder les rues voisines et espérais secrètement que le jeune homme qui me courait après depuis des jours allaient enfin me laisser tomber. Une grande bourrasque s’abattit sur moi et je dus m’accrocher à mon manteau parce que j’avais mis ce dernier sur ma tête pour me protéger de la pluie. En même temps, il ne fait presque jamais beau à Dublin. J’aimais bien sauter dans les flaques d’eau mais là, en ballerines, cela n’était pas trop le moment.

Je continuai de courir, trempée et finis par voir le mec qui me harcelait. Alors, je me décidai d’entrer dans un pub que je ne connaissais pas. L’ambiance était lugubre et je courais presque. Seulement, je me mis à glisser à cause de mes ballerines trempées et tombai sur quelqu’un.

« Désolée, dis-je avec mon accent américain, je n’ai pas pu me contrôler… ou plutôt contrôler mes pieds. »

Je sautais sur mes pieds aussi vite que possible et tandis la main au jeune homme qui était en dessous de moi.

« Rien de cassé j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William E. Norrington
WANTED
Dead or alive ?

avatar


MessageSujet: Re: I'm singing in the rain   Dim 18 Avr - 1:34

Une journée banale pour un homme qui ne l’était pas pas tant que ça. Je prenais un de ces bains de foule comme à l’accoutumée signant au passage quelques autographes a des filles de quatorze ans se débattant vainement avec une acné juvénile naissante. J’étais heureux. N’enlevant pas mes Ray Bans pour ne pas casser cette image de superstar que j’aimais cultiver, j’administrais sourires charmeurs et haussements de sourcils comme je savais si bien le faire pour la promo de mon dernier film. Scénario moisi, jeu d’acteur limité, rien de franchement gratifiant, mais cela m’apportait une situation financière des plus agréable, ainsi qu’une image presque intouchable. J’étais l’idole des jeunes pucelles en chaleurs et l’acteur rentable du moment. Cela m’allait parfaitement, j’avais un nouveau jacuzzi, et une télé une vie enviable.

L’averse tomba et il fut rapidement plus difficile de ne pas détruire ma coiffure et ce qu’il me restait de gel, alors j’entrepris de me casser de là vite fait, malheureusement l’une des ados dont j’essayais de me dégager ne semblait pas du même d’avis. Après l’intervention de mon garde du corps, je parvins à rejoindre mon Aston m’engouffrant las, dans les rues de Dublin. Journée éreintante. Manque de bol ou de je ne sais quoi un flic m’arrêta sans raison apparente. Agacé je tapai nerveusement sur le volan ouvrant la fenêtre, ou il affichai déjà un de ces sourires qui signifiaient clairement « J’ai capturé William Norrington » Ce qu’il voulait ? Probablement du fric et ce fut ce que je lui tendis à la fenêtre a la place des papiers du véhicule qu’il m’avait demandé. Enfournant les billets dans la poche de son uniforme, il sourit et me demanda de descendre. Eh merde. Mon insolence sembla l’irriter et mon Aston s’envola loin avec ce type. J’appelai mon avocat, encore une fois.

Pas vraiment d’humeur à me faire suivre par la fille d’en face qui me courrai après avec un poster et un marqueur, je m’engouffre dans un pub d’apparence lugubre qui contraste réellement avec mon costume griffé. A peine entré une fille me tomba dessus et j’eu d’autre réflexe que de la rattraper avec mes bras. Décidément, totalement mon genre. Je la fixai un instant avant de sourire et de constater qu’elle aussi semblait ne pas trouver sa place dans un endroit pareil. Le barman qui se noyait dans sa barbe broussailleuse et imposante ne semblait pas voir d’un bon œil l’arrivée d’une petite fille bien habillée et d’une vedette de cinéma dans son bar.

« De cassé non, ma voiture ne peux pas en dire autant, conduite par un crétin pareil, je ne lui donne pas deux heures. »

Je sortis mon i-phone de ma poche pour aller mon chauffeur, mais alors qu’il décrochait déjà, il raccrocha tout aussi vite, m’insultant. Apparemment sa fille lui avait dit pour la semaine précédente. Je n’avais plus qu’à appeler les renseignements et trouver un autre chauffeur. Cela attendrait, j’avais besoin d’un remontant.

« Mauvaise journée, même William Norrington a de mauvaises journée. Enchanté. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden B. Austen
PADAWAN
avatar


MessageSujet: Re: I'm singing in the rain   Dim 18 Avr - 4:48

Il était plutôt beau mec si on considérait son arrogance comme étant une manière de séduire et non comme un défaut. Je l’examinai un instant et je me sentais toute petite à côté de lui en jean troué, ballerines tout aussi déchirées et un tee-shirt gris banal. Tandis que lui portait des vêtements griffés de premier choix et tout le reste. Je l’écoutai ainsi parler de lui de manière présomptueuse. Parler à la troisième personne ? Plus personne ne faisait ça de nos jours. Il avait un problème avec son ego ou quoi ? Parce que si c’est le cas, je ferai mieux de le laisser seule avec plutôt que de passer pour une potiche, une cruche sans intérêt qui ne serait là que pour lui tenir compagnie. D’une manière aussi incongrue, je lui servais un sourire façon colgate blancheur et il devait s’attendre à ce que je mouille ma culotte devant lui alors qu’en faite, je ne savais même pas qui il était.

« Je suis navrée. On vient de vous voler votre voiture, demandai-je interloquée. »

Lentement, je pris une chaise crasseuse et décidai de m’assoir en attendant que la tempête ne fasse rage. D’un coup sec, je poussai la chaise en face de moi, intimant mon voisin à s’assoir. Je ne savais pas trop ce qui allait se passer. Mais bon, nous pouvions toujours faire la conversation. Même si ce jeune homme pouvait faire la conversation avec lui-même.

« Vous êtes quelqu’un de connu. Je m’appelle Eden. Eden Bailyn Austen. Je suis connue chez les moins de cinq ans. Et vous, dans quelle domaine ? »

En attendant sa réponse, je sortis un livre de mon sac qui faisait au moins dix kilos et me mis à le feuilleter comme à chaque heure de libre passée seule. Je n’en pouvais plus d’être seule. Mais j’allais devoir attendre. Etant hyperactive, je ne pouvais pas supporter d’attendre mais la tempête qui faisait rage dehors m’empêchait de me rendre au club de fitness. Le club de fitness dans lequel j’enseignais des cours devrait se passer de mes services pour ce soir. Je restai donc le nez plongé dans mes bouquins attendant que quelque chose ne se passe. Que ce mec qui ne pense surement qu’aux minettes ou que le barman se décide à faire quelque chose. J’en avais marre de toute cette attendre.

Ensuite, je relevai le nez de mes bouquins contemplant l’impossible et le regardais un moment. Indigne de mon intérêt, je préfèrai encore converser avec le maladroit de service que j’avais croisé au club. S’il voulait rester à mes côtés, c’était cool pour lui. Sinon autant qu’il prenne ses clics et ses clacs, je ne le regretterai pas.

*Eden, ne soit pas si méchante, il ne t’a rien fait de mal*

Toujours la voix de ma conscience. Et n’étais-je pas censée être la gentille fille niaise à la fin ? Alors, je pourrai jouer mon rôle parfaitement. Je rangeai mon livre dans le sac et commandai un coca. « On n’en a pas, me répondit l’autre naze. » Je haussai le sourcil et lui demandai un verre d’eau. « Tout de suite, poupée. » Pardon ? Je n’étais pas une « poupée » ! Je ne suis la poupée de personne et on ne me manque pas de respect de la sorte. Alors, je faillis me lever et aller lui en coller une mais je me souvins que mon rôle était d’être gentille et non, d’être une pimbêche qui s’énervait au moindre petit surnom débile.

« Asseyez-vous monsieur Norrington, clamai-je au bellâtre en face de moi, je ne mords pas. Enfin, pas souvent, ajoutai-je en lui lançant un clin d’œil. »

Ensuite, je commandai un quelque chose pour mon nouvel ami mais le barman daigna ne pas répondre. Crétin de barman de mes deux. Décidément, vivement que cette tempête se calme. Un vieux drogué entra dans le bar et je faillis rire devant le grotesque de la situation. Je ne sortais quand le bar étudiant qui était juste à côté de chez moi. Pas dans ce trou paumé. Et je suis certaine que ce William ne sortait que dans le carré VIP très select qu’il y avait à Dublin.

« Alors, que faites-vous ici Monsieur Norrington, demandai-je en le regardant droit dans les yeux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William E. Norrington
WANTED
Dead or alive ?

avatar


MessageSujet: Re: I'm singing in the rain   Dim 18 Avr - 22:29

Si on venait de me voler ma voiture ? La bonne blague. C’était tout comme. Ce flic s’était taillé avec et m’avait vidé de toutes mes économies. Il ne me restait plus que ma carte gold et un peu de ferraille, ce qui n’allait pas être réellement utile dans un bar aussi miteux que celui dans lequel je viens de m’exiler au même titre que cette petite blonde quoi ne semblait pas me connaître. Je la dévisage un instant avant de me dire qu’en effet elle ne me connaît pas. Cette fille doit avoir un grain ou vivre en ermite pour ne connaître William Norrington pourtant c’est le cas. Je pourrais me faire passer pour un commercial en théières qu’elle me croirait. Oh c’est une idée tiens. L’entreprise Norrington, non non, tout de suite je vois la grosse industrie même lorsqu’on parle de tasse de thé. Ne serais je pas capable de m’imaginer facteur ou serveur dans un bar moisi comme celui-ci. A vrai dire non, je ne suis même plus capable de m’imaginer sans mes Ray bans.

« C’était un flic, et elle était trop clinquante, j’aurais du prendre le métro. »

La belle affaire William Norrington dans le métro, on aurait tout vu. Je me vois bien au milieux des petites vielles et des ados qui rentrent de cours, mon nez rasant les aisselles odorantes d’une bonne femme aux dents jaunes qui me demandera à l’occasion un autographe foutant de ce fait en l’air mes pseudos efforts pour passer incognito. Résultat des courses vous imaginez bien, émeute dans le métro, et yeux au beurre noirs. Elle me demande si je suis connu, et j’évite de rire, pour la première fois de ma vie, je crois bien que je n’ai aucune envie de répondre par l’affirmative. Aujourd’hui, je serais William Norrington et je vendrais des aspirateurs, de luxe bien sur, ce qui expliquerait le magnifique costume qu’on m’aurait gentiment prêté.

« Connu peut être ? Dans l’industrie de l’aspirateur, je vend de très beaux modèles, vous savez ceux qui sont téléguidés, un peu comme ceux qui aspirent les fond de piscines. »

Je sais que je mens, mais ça ne me brusque pas plus que ça, j’ai l’impression de mentir tellement plus quand je déblatère tout ce baratin qui n’a au final rien à voir avec ce que je suis vraiment. William Norrington ou non je ne suis pas moins modeste que vous tous, je tue le temps différement, voilà le grand secret du mysthère Norrington. Elle nous apporte un verre d’eau non sans se faire baratiner par le vieux barbu. J’esquisse un sourire devant le ton sordide de l’endroit dans lequel je me suis embarqué. Nous nous asseyons quelque part près d’une fenêtre sur laquelle on peut voir perler quelques gouttes d’eau à travers les salissures dues au manque d’hygiène de l’endroit. Les conversations à côté sont loin d’êtres aussi courtoises que les nôtres, mais étrangement je me plais à évoluer dans un milieux complètement étranger au mien. Je souris, dans un abominable rictus de séduction qui est devenu plus un tic qu’une stratégie de drague purement volontaire.

Et voilà une question à laquelle je m’attend. Ce que je fais dans un pub paumé, pas grand chose, j’attend que l’averse se stoppe, d’avoir peut être des nouvelles de ma voiture qui me sera restitué dans les plus brefs délais, je fais confiance à mon avocat. Mais je n’ai pas envie qu’une énième conversation épuisante, sur la vie géniale du beau et convoité William Norrington et ses belles voitures. Pour une fois j’aimerais bien parler d’autre chose, vivre autre chose.

« Je m’abrite, les vendeurs d’aspirateur doivent être bien coiffés, j’ai une clientèle globalement riche, et j’ai oublié mon parapluie. »

Excuse bidon, certes, mais je n’ai pas envie de m’étendre sur le sujet. « Et vous ? Vous n’avez pas l’air habituée aux hey poupée délivrés par ce genre de serveurs, et puis autant le dire, vous n’avez pas le look d’une gangster de première classe. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden B. Austen
PADAWAN
avatar


MessageSujet: Re: I'm singing in the rain   Jeu 29 Avr - 19:31

Vendeur d’aspirateur, hein ? Il ne m’avait pas l’air de ressembler à un vendeur d’aspirateur. Je le regardais dans son costume dernier cri avec ses lunettes au dessus de la tête mais il cachait quelque chose. Un mafieux ? Un acteur ? Qu’est-ce qu’il était ? Je faisais des doublures pour les dessins animés alors peu importe ce qu’il était, je n’allais pas le juger. Je le regardai avec un grand sourire et me dis que ce mec était vraiment trop mignon pour être vendeur d’aspirateur. Me replongeant dans mon livre, je lui claquai sur un ton enjoué.

« Je suis navrée mais je ne suis pas intéressée. Voyez-vous mon appartement est trop petit pour que je puisse avoir un aspirateur. Je suis navré. »

Ensuite, je levai les yeux vers lui et lui fis un petit clin d’œil discret. Après je remis mon écharpe car je trouvai qu’il faisait froid dans ce pub. Les personnes n’avaient pas l’air net alors je remis mes lunettes et me rapprochai de la fenêtre. On voyait à peine clair à travers le carreau tellement il était sale. Comment pouvait-on penser à venir boire dans un tel endroit ? je fis une mine de dégout et passai mon doigt dessus. Ce dernier revint noir de crasse. Quand ce « William » (je doute que cela soit son vrai nom) me demanda si j’avais l’habitude de fréquenter ce genre d’endroits, je laissai échapper un rire bruyant. Mon dieu non. Et fort heureusement. Je pourrai attraper une MST rien qu’en allant aux toilettes.

« Heureusement pour moi, non. Cela m’a l’air un peu dénué de charme pour moi. Je vais plus dans le pub d’une de mes amis qui est réservé aux étudiants. »

Je contemplai ma montre en ayant lâché ça. Je n’allai pas être en avance. Je devais faire une sortie entre filles ce soir là et j’allais être en retard. Mais j’aimais bien ce mec même s’il m’avait l’air louche. Alors, je notai mon numéro de téléphone sur une serviette et lui tendis avant de remettre mon manteau et mon écharpe. Après, je repris ma besace et me baissai vers mon voisin.

« Ravie de vous avoir revu William. Je peux vous appeler William ? Je dois y aller. J’ai une soirée sur le feu. Passez une bonne soirée. »

Après je partis sans rien redire avant de revenir sur mes pas et de lui ajouter que s’il voulait on pourrait se voir au bar de mon amie, un de ces quatre. Il n’aurait qu’à m’appeler pour aller diner puis ensuite aller chez mon amie. Je sentais que j’allais m’amuser avec ce type. Même si je ne le connaissais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm singing in the rain   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm singing in the rain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm singing in the rain~ Singing in the rain~ ♪ [en cours]
» Singing in the rain [Rachel & Nelly]
» I'm singing in the rain [Alexandra et Mikah] [Terminé]
» I'm singing in the rain ❖ Théodore
» I'm singing in the rain... ♫ [PV Matt]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: Northside :: O'Donoghue's Pub-
Sauter vers: