AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Mer 21 Avr - 16:00


« -Ça fait du bien de se détendre de temps en temps. »

Et pour ponctuer sa phrase, il tira une nouvelle fois sur sa cigarette. Ce détail aurait attiré l’attention de n’importe qui dans les mauvais quartiers. Mais au Castel golf club, cela passait inaperçu. Araon fumait. Un cadavre devait traîner dans les parages. . .
Il rejeta la fumée en tentant de lui donner une forme particulière -chose qu’il ne réussissait jamais. Il la regarda monter, grimace à l’appui. Il avait encore raté son coup. Oh et puis, on ne peut pas être bon en tout. Au loin, trois silhouettes, semblant en grande conversation, le regardaient. Et quoi ? Ils n’avaient jamais vu un homme allongé dans l’herbe en en plain parcours de golf ? Quoiqu’à la réflexion ça devait être leur première fois. Et peut-être que vous aussi lecteur vous vous demandez comment notre beau tueur à gage s’est retrouvé à prendre un bain de soleil dans un de ces lieux détestés.

* Flash Back *

Araon essuyait les giclées de sang qui parsemaient son colt. A ses pieds, gisait son dernier contrat : feu Lord Playcton, aristocrate orgueilleux et golfeur médiocre à ses heures perdues. L’armée de garde du corps qui avait engagé pour le protéger ne lui aura pas servi à grand-chose. Il avait, en effet, fallut une petite journée à la belle Noabella pour apprendre que le lord pratiquait le golf en solitaire ; et une autre a Araon pour s’inscrire sous un faux nom et revêtir l’horrible polo du club. Une fois fait, il lui avait suffit d’un beau sourire et quelques paroles bien mises pour que l’aristocrate accepte de l’accompagner dans un treize trous dont il ne vit seulement que les deux premiers. Bref, deux journées qui rapportent gros sans grand efforts. Si gros était suffisant pour définir le demi-million qu’allait lui verser le rival de notre cher Lord. Dans ce milieu, on ne semble pas faire les choses à moitié. Un sourire sadique aux lèvres, A. abandonna sa victime pour aller s’allonger sur la bute du parcours voisin. Il voulait être aux premières loges pour assister au futur spectacle. Quand un de ces nouveaux riches cherchant sa balle, se retrouvera en face à face avec homme fraîchement mort. Pour rien au monde il aurait raté ça.

* Fin Flash Back *

Délaissant les individus, Araon reporta son attention sur le ciel et sa fumée de cigarette. Il regarda les nuages qui cachaient le soleil par intermittence. Il se rappela que petit, il se plaisait à leur trouver des formes absurdes que personne ne pouvait voir. Mais ce n’est pas maintenant qu’il recommencerait. Quoiqu’il s’efforçait bien de donner une forme à sa fumée de cigarette. On ne grandit jamais tout à fait.
Le brun fut sortit de ses pensées par une ombre. Sûrement une des lointaines silhouettes, qui vu la façon dont elle lui masquait le soleil devait se trouver juste à coté de lui. Mais ce n’est pas ce qui allait le faire relever. Non, rien ne pouvait interrompre sa cigarette post-mortem.

« - Je pourrais savoir ce que vous faites là ? »

Je fume une cigarette en attenant qu'un des vôtres découvre le cadavre de l'homme que je viens de tuer. Non franchement, comme s'il allait dire ça. Et puis je ne vois pas en quoi ça le regarde celui-là. Il est de la police ? Quoiqu'il ne serait guère étonnant que ce genre d'endroit ait leur propres gardiens de l'ordre. Le genre d'empêcheur de tourner en rond qui vous fait payer une amende de dingue parce que le mégot de votre cigarette est tombé sur le gazon dernier cri et coupé à la main s'il vous plait. N'importe quoi. Ils n'ont rien de mieux à faire.
Araon releva la tête vers l'inconnu, négligeant en appui sur ses avant-bras. Fallait quand même pas croire qu'il allait se relever. Et tout en tirant une nouvelle fois sur sa cigarette, il dit d'un ton ironique:

« - Ça se voit pas ? Je prend un bain de soleil. »


Et là, accessoirement vous êtes en train de me faire de l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Mer 12 Mai - 15:20

Il faisait beau. Et plutôt bon. Jour de chance que de voir pointer ce malheureux soleil irlandais de derrière ces nuages. J'avais envie de me bouger, sans trop me fouler, de prendre l'air, sans m'asphixier, et de voir de la verdure , sans en bouffer.
Ni une ni deux, j'enfilais mon pantalon en coton - bio s'il vous plait - Petit Bateau couleur crème , un débardeur quelconque rose clair et mes tennis en fibres de chais-pas-quoi-super-cher-mais bio de chez Van's. Je pris accessoirement un gilet rose pâle fin et doux en coton tressé puis mon sac à main American Apparel de couleur jaune. Pluôt simple et pas trop tape-à-l'oeil " t'as vu je suis riche". Je fourrais une bouteille d'eau Evian ainsi que mon portable, des biscuits Bonne Maman ( que je fais importer de France) puis une trousse express de maquillage/secours.
Je chaussais mes Ray Ban avant de sortir de ma demeure, les clés cliquetant joyeusement lorsque je fermais la porte.


Arrivée au Castle Golf Club - parce que oui, j'ai décidé de faire du golf, parce que c'est le seul sport que je n'ai jamais essayé - je me sentais super conne.
J'avais un club à la main, des chaussures bizarres au pied et un sac rempli de petites balles super moches. Je lâchais un juron des plus glamour et repérais un petit drapeau . J'imaginais bien que le but était de frapper sur un tée une balle petite et dure, en direction du fanion à la con qui marquait un trou.

* Aller ma poule. Go ahead comme disent ces fichus britanniques *

J'esperais secrètement que personne ne me verrait faire ce genre de chose.
Pourquoi avais-je choisit le golf? Alors que j'aurais pu faire un footing sur la baie, marcher en centre ville, m'assoir dans le grand parc ou autre pour profiter du soleil. Non, j'avais choisit de faire du golf sur un coup de tête.
Heureusement que mon portefeuille me le permet !!!

* Vise ... Regarde .. Vise ... Frappe ! *

Et je vis la boule blanche s'élevait dans les airs lorsque le bout du club la frappa et disparaitre beaucoup plus loin et surtout de l'autre côté de l'endroit requis. Je poussais un soupir résigné. En définitive, les vrais sports de riches, c'est pas fait pour une riche comme moi . Je continuais à tenter de manier le baton comme une crosse de hockey sauf que bien évidemment j'aurais pu blesser quelqu'un.
Puis je vis une fumée s'élever de l'endroit où avait attéri mon projectile. Ce ne pouvait être Elias. Je crois bien que ce n'est pas sa tasse de thé.
Je m'approchais et la silhouette d'un jeune homme allongé dans l'herbe se dessina. Je ramassais ma balle et m'approchais . Quand je fus assez près, je lui demandais ce qu'il faisait à fumer dans le green d'un air curieux. Il me répondit plutôt très ironiquement.
Il voulait jouer à ça?

" C'est fou vraiment ce qu'il y a des gens qui n'ont rien à foutre de leur journée que de se vautrer dans l'herbe et fumer . D'ailleurs ce genre de personnes ça pollue plus qu'autre chose . " , déclarais-je, tout sourire .

Mon regard glissa de l'embout de sa cigarette à sa bouche, puis ses mains et enfin son visage. Plutôt mignon. Mais particulièrement arrogant.


[ Désolée mais c'est un post à la hâte vu que je ne suis pas chez moi et que je ne pas répondre de chez moi. ]
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Jeu 13 Mai - 13:37

.
Il sourit, c’est qu’elle avait de la répartie la petite. Passant une main dans ses cheveux, Araon tira une nouvelle fois sur sa cigarette. Que faire maintenant ? Continuer à zoner sur le lieu du crime ou s’amuser un peu avec la nouvelle venue ? Descendant ses lunettes sur son nez, A. observa la jeune inconnue. Après réflexion, elle valait bien le détour . . . et puis de toute façon sa cigarette était presque terminée.

« - Plutôt bien répondu. Allez, je vous donne 7. »

Il se releva, tout en parlant et enleva l’herbe qui lui collait à la peau d’une main. Le soleil continuait de briller, à tel point qu’on ne pouvait s’empêcher de se demander si on n’avait pas quitter Dublin sans s’en rendre compte. Araon soupira légèrement, en posant ses lunettes dans ses cheveux. Il aimait le soleil mais pour lui qui avait toujours chaud, la chaleur devenait vite un calvaire.
Enfin debout, il se dirigea vers l’inconnue, un sourire mi-charmeur, mi-amusé aux lèvres. Quand il fut assez proche, il posa négligemment son doigt sur son nez tout en commençant à parler. Au fur et à mesure que les mots défilaient sa main descendait en effleurant sa joue avant de s’enlever avec le dernier mot.

« - Avec un point de plus pour le joli minois, cela vous fait l’honorable côte de 8. C’est un privilège, je donne rarement de si bonne note. »

Une nouvelle bouffée de cigarette, qu’il prit soin de souffler dans la direction opposée. Il avait beau ne pas avoir eu de père, ce n’est pas pour autant qu’on ne lui avait pas enseigné les valeurs du gentleman. Il est aussi vrai que même s’il les connaissait, il fallait encore qu’il daigne les suivre. Mais aujourd’hui il se sentait d’humeur à jouer le rôle du nouveau riche, tant que la compagnie ne se révélait pas coincée.
Araon posa un instant son regard sur l’endroit où gisait feu Lord Playcton. Il semblerait que ce n’est pas demain la veille que quelqu’un le trouverait. Il n’y a rien à dire, tuer en plain centre ville est mille fois plus excitant. Ici, c’était bien trop simple. Revenant à la jeune fille, A. mit son sac de club sur son épaule et s’adressa à elle.

« - Et puisque vous êtes là, que pensez vous de faire quelques trous ensemble ? »

Au moins il n’aura pas dû mettre ce fichu polo pour rien. Et si jamais elle refusait, il n’aurait qu’à rentrer dans le Northside où les jeunes filles acceptant de lui tenir compagnie se trouvent à la pelle. Mais bon, les filles faciles ou en adoration ne sont pas vraiment son genre. Araon, il aime les proies difficiles, celles où il doit mettre en œuvre toute la finesse de son potentiel de drague, celles qui en arrivant dans votre lit, vous donnent l’impression d’un combat gagné, celles qu’on n’est pas toujours sûr d’avoir. Et il semblerait bien que la jeune fille en fasse partie.
En attendant sa réponse, notre tueur tira une dernière fois sur sa cigarette. Cigarette qui fut finalement terminée. Tenant son mégot du bout des doigts, il la fixa droit dans les yeux avec un sourire provocateur limite moqueur. Et il ejecta son mégot un peu plus loin dans l’herbe sans aucune forme de procès. Ben quoi ? Elle avait bien dit qu’il était du genre à polluer non ?

« - Alors, votre réponse mademoiselle ? »

Le temps de prendre un chewing-gum, A. entendit sa réponse. Mais viendra ou viendra pas ?


[ D'habitude je ne réponds pas aussi vite. Mais un beau week-end anticipé de quatre jours m'a donné envie de faire une pause dans mon travail x). Donc t'inquiète pas si tu réponds pas rapidement ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Jeu 13 Mai - 21:21

Ce garçon était très étrange. Voilà la réflexion qui me venait directement à l’esprit. Je n’avais pas bougé lorsque sa main s’était posée sur mon visage et qu’il parlait de la note que je « valais ». Comme si j’étais un objet et que je devais m’estimer heureuse qu’il me considère tant. Je m’étais contentée de sourire avec gentillesse sur le visage mais ironie dans les yeux. Je ne choisis de ne pas répondre tant je trouvais cela insultant. Je le dévisageais lorsqu’ il retira ses lunettes. Il avait vraiment la tronche d’un mec qui se la pétait parce que les filles le trouvaient beau et il en jouait. J’avais envie de le cogner. Il venait, je crois, de gâcher cette belle journée. Un tout petit peu.

Mes doigts jouaient avec la sphère, inspectant sa texture pour me changer les idées et ne pas penser à ce bellâtre qui se la jouait vraiment. Je devais réfléchir à comment prendre ce mec. Lorsqu’il me proposa de faire « quelques trous » j’haussais un sourcil avec dédain. Il voulait que moi, Calliope je daigne lui faire honneur de ma présence alors qu’il m’avait noté comme une vulgaire miss exhibo en mal de reconnaissance ? Ces paroles qui sortaient de sa bouche comme des phrases toutes faites sorties d’un Shakespeare remasterisé. Je ne sentais aucune sincérité. Et je détestais ça.

« Des trous. T’en as déjà un assez grand derrière et sur ta face pour que je te les agrandisse. Mais si ma compagnie peut te faire plaisir pourquoi pas. Tant que tu ne me fais pas chier avec tes airs de jeune premier, ça ira. »

Je lui répondais de manière vulgaire comme à mon habitude. Je n’aimais pas ses grands airs et son style de « richou tout neuf, tout frais. » Je ramassais le sac, y rangeais le club et la balle et de ma main libre, j’arrangeais une mèche derrière mon oreille. Le jeune homme jeta son mégot en me regardant avec défi. Il souhaitait vraiment jouer à qui cédera en premier ? J’allais le faire morfler alors. Son chewing gum mentholé j’allais le lui faire ravaler sec. Après l’envie champêtre, l’envie d’un ring de boxe me prit tout aussi soudainement. Et pourquoi est-ce que je n’entrais pas dans son jeu ? Devais-je jouer en finesse ? Car il avait de s’y connaitre. Choisissant la voie de la distinction, j’éclaircis ma gorge en toussant avec raffinement et changeais du tout au tout mon attitude.

« Mis à part nous chamailler et nous parler comme deux chiens enragés, nous pourrions peut-être nous comporter comme deux êtres civilisés et nous présenter. Je ne pense pas que ça serait une mauvaise idée. », Dis-je, d’une voix riante.

Un sourire charmant se dessina sur mon visage pendant je m’étais rapprochée de lui. Son parfum m’embauma lorsque le bout de mes doigts effleurèrent son torse. Je plongeais mes yeux dans les siens, brillant encore plus par la blondeur de sa chevelure.


[ désolée c'est vraiment mal écrit, mais je profite d'avoir un pc .. ]
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Dim 16 Mai - 17:24

.
« Des trous. T’en as déjà un assez grand derrière et sur ta face pour que je te les agrandisse. Mais si ma compagnie peut te faire plaisir pourquoi pas. Tant que tu ne me fais pas chier avec tes airs de jeune premier, ça ira. »
Ah youaih ? Bon d’accord. . . Araon haussa un sourcil préférant fixer l’inconnue d’air un moqueur que de répondre. Les riches pouvaient donc avoir un vocabulaire aussi recherché ? Même lui, quand il avait un coup dans le nez, trouvait de meilleure réplique que cela pour charrier Edward. Et pourtant, ayant vécu dans les mauvais quartiers, il pouvait sûrement de vanter dans savoir plus qu’elle en matière de répliques vulgaires.

Elle se mit à tousser et Araon aurait dit qu’il venait d’assister à un changement de personnalité. Elle est malade ? Ou lunatique peut-être ? Elle voulait qu’il se présente. Ok, tu veux quelles identités ma belle ? La véritable, celle que j'ai laissé à l’accueil ou encore mon nom de soi-disant mannequin ? Tandis qu’A. se décidait à lui donner son nom – le vrai, elle s’approcha de lui.
Euh. . . elle nous fait quoi là ? Elle n’attend quand même pas qu’il l’embrasse. Non, parce que là ça tourne en n’importe quoi. Quoique, Araon se dit qu’il aurait tord de ne pas en profiter. On n’a pas le moyen de s’amuser avec des riches tout les jours. Et le jeu de la drague est de loin son préféré. Même s'il pensait que c'était impossible qu'elle se mette à le draguer - du moins, cela n'avait pas de sens, le tueur à gage se mit à fixer la jeune fille tout en prenant la parole.

« - Hey chérie, je ne t’es jamais parlé comme un chien enragé. Et bien que ça ne soit pas désagréable, je ne pense pas que les êtres civilisés se présentent de la sorte. »


Sans rompre le contact visuel, Araon attrapa le poignet de l’inconnue rebelle. Délicatement, - elle lui a déjà crié dessus, manquerait plus qu’il lui fasse mal, il enleva la main de son torse. Il était clair qu’elle n’avait pas fait ce geste que dans le but délibérer de le séduire. Elle se prenait au jeu. Et il n’allait pas s’en plaindre.

« - Je ne pense pas que vous fassiez partie de ces filles qui sautent les présentations pour passer directement à la suite du programme. Si c’était le cas, je ne vous aurais même pas adressé la parole. Alors je me présente, Araon Fisher. »

Relevant légèrement la main de la jeune fille, A. lui fit un baisemain. Vieux jeu ? Oui, c’est certain. Mais cela l’avait toujours amusé : avoir des manières de riches aristocrates alors qu’il vivait dans le plus mauvais quartier de la capitale – même s’il avait de quoi se payer le domaine entier.
Cela fait, il releva la tête pour la fixer. Et bien que, quand il reprit la parole, son sourire aurait pu passer pour légèrement moqueur, il était dépourvu de toute trace d’arrogance.

« - En espérant que mes manières ne fassent pas trop" jeune premier". Vous remarquerez sûrement dans peu de temps que c’est loin d’être le cas. Du moins si vous daignez rester jusque là. Mademoiselle . . . ? »

Elle voulait qu’ils se présentent, à son tour alors. A coup sûr, elle était riche. Peut-être étrangère si on se fie à son léger accent, mais il n’en était pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Sam 22 Mai - 18:42

Je souris lorsqu’il ôta ma main de son torse tout en parlant. Je ne quittais pas ses yeux qui reflétaient beaucoup de moquerie et d’arrogance. Il mettait un temps fou à se présentait et je me demandais bien si ce n’était pas le genre de personne un peu mito sur les bords qui changeait de personnalité lorsque cela lui prenait. A moins que ce soit un mec recherché par interpol, un voleur, un assassin, un réfugié politique ou autre. Mais je n’y croyais pas trop. Il avait une tête d’arnaqueur certes, mais pas au point d’avoir commis des actes horribles. D’ailleurs comment peut-on vivre avec la conscience éclaboussée de sang ?

Mes élucubrations sans queue ni tête furent interrompues lorsque son identité fut enfin révélée. Je commençais à m’impatienter. Il me fit un petit speech sur la nature féminine, partageant d’un air sibyllin les pétasses des princesses. Bien entendu, je suis princesse. Un brin rebelle mais glamour. Semble-t-il que le petit Aaron apprécie plutôt les femmes qui ne sont pas dociles à celle qui sont trop faciles. Dites-moi, est-ce que je ne collectionnerais pas les bons lots depuis mon arrivée ?
Il prit ma main qu’il porta à ses lèvres. Le baisemain me rappela celui de mon prétendant rencontré plus tôt dans une taverne insalubre des bas quartiers berlinois. Mon sourire ne se fit que plus large et mon envie de m’amuser augmenter. Ses lèvres étaient douces et ses manières dépassées, mais j’appréciais toujours le geste. C’était bien une des seules conneries de riches qui me plaisaient.

« Le programme n’est jamais écrit avec moi. Mais je suis ravie de savoir que vous aimez les préliminaires bien préparées, Aaron. »

Je gardais ma main dans la sienne pour la presser avec légèreté. Ce garçon était un bon challenger pour me faire sortir de mon ennui.

« Je daigne partager un peu de mon temps avec vous, mais au cas où je ne devienne qu’une fille de passage, nous nous en tiendrons à mon prénom pour l’insant. Calliope est absolument ravie de vous rencontrer.»

J’ignore pourquoi je m’étais présentée à la troisième personne. Ca faisait plus schyzo déglingo que jeune fille distinguée mais au moins, c’était fun. Je l’invitais d’un geste à marcher, ne supportant plus l’état statique dans lequel nous nous trouvions depuis notre rencontre.

« Cependant, j’ai une faveur à vous demander. Enfin devrais-je plutôt dire, une petite forme de chantage. Je vous offre ma compagnie contre un coaching express pour le golf, vu que vous semblez vous y connaître, Aaron. Êtes-vous partant? »
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Dim 13 Juin - 14:17

.
Les préliminaires qu’elle disait. On peut dire ça ainsi. Oui, c’est la chasse qui l’intéresse. Que ce soit pour tuer ou baiser, c’est la course, l’adrénaline qui monte dans vos veines au fur et à mesure qu’on se sent approcher de l’objectif. C’est ça qui est orgasmique. L’acte en lui-même, la balle ou les draps, ce n’est que la consécration. Ce n’est pas qu’on s’en passerait. Mais n’empêche, la chasse il n’y a rien de tel.

« - Les gouts et les couleurs vous savez, ce n’est qu’une question de point de vue. »
Il s’étonna qu’elle garde sa main dans la sienne. Et ce n’est pas lui qui allait l’enlevé. Toutefois, il attendait toujours qu’elle se présente. Sa maman lui aurait-elle dit de ne pas donner son nom aux inconnus ? Pas tout à fait, vu qu’Araon eut quand même droit au prénom : Calliope était ravie de le rencontrer. Se présenter à la troisième personne du singulier, pourquoi pas. Depuis qu’il s’était adressé la parole, Araon s’attendait à tout de la part de la demoiselle. Ne l’avait-elle pas dit elle-même ?

« - Araon s’en réjouit. »

Sourire charmeur et ils se mirent en route. Vers où ? Il en sait rien, jusqu’à ce qu’elle s’arrête sûrement. Il ramassa sa veste au passage, vérifiant discrètement que son colt était toujours en place. On ne fait jamais assez attention à ce qui nous est cher. Ce colt, il préférerait rejoindre Neveen et sa mère que de le perdre. Soit, revenons à nos moutons, ou nos clubs de golf.
« - S’il suffit de ça. Allons-y. »

Pas sur qu’il serait un bon professeur mais on peut toujours essayer. Ce n’était pas faute de technique mais pour ce qui de la pédagogie, je pense affirmer qu’il peut repasser. Tandis qu’il marchait, Araon continuait d’observer les alentours. Mais pas la moindre menace à l’horizon, le peu de personnes qu’ils croissaient leur souriaient aimablement. Faut dire qu’à se balader mains dans la main, il devait ressembler à n’importe quel couple qui peuplait le Castel club. En vérité, le tueur à gage et la princesse formaient une paire assez hétéroclite. Mais adorant les jeux de rôles, A. aurait bien mit son bras autour des épaules de Calliope mais il se retint. Il avait l’impression qu’avec elle, il a avait plus de chance de se choper une claque qu’autre chose. Question de patience, il tentera ce genre d’approche plus tard.
Le silence commençait à se faire et à leur droite une bande de jeune riche maniant toutes les formes de langages hautains possibles étaient en train de jouer un trous et de se la jouer aussi accessoirement.

« - Pour tout vous dire, je déteste le golf. Je pourrais aisément vous apprendre les bases. Mais pour les trucs et astuces, il faudra aller voir une de ces innombrables petites bandes d’aristos qui vous garantirons que votre swing sera d’autant plus efficace si vous incliner votre bassin de 10 degrés vers la droite. Même si une fois que vous les observer attentivement vous remarquerez qu’ils ne font jamais deux fois le même mouvement. »

Non rien à faire il déteste les aristocrates. D’ailleurs, personne ne comprend comme il a put se lier d’amitié avec le Fitzalan-Howard et la miss de Roquefeuil.

[ J'ai pas pu résister. . . Si ma mère sait ça je suis morte x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Dim 27 Juin - 19:21

Araon tenait fermement ma main, comme un parfait petit ami. Chose qui ne m’était point arrivée depuis longtemps. Et longtemps, c’est peu dire tellement le célibat me prenait. Pourquoi ne pas faire semblant d’être un « banal » couple par ce radieux jour ?
Je me réjouis intérieurement et regardais mon compagnon, qui lui matait d’un air hostile des aristos péteux. Il proféra une insulte voilée à leur encontre, ce qui me ravit au plus haut point tout en me confiant son dégoût pour ce « sport ».Cet homme était doué de paroles et d’ironie.

« Vous détestez le golf et pourtant vous êtes ici … Serions-nous fait l’un pour l’autre sur ce point ? Le golf n’est pas non plus le sport que j’aime le plus. »

Je ris de la situation, puis avisais le groupe de jeunes riches désœuvrés. Le petit pantalon moulant à carreaux, la chemise négligemment déboutonnée sur le haut, le petit gilet fils de bourgeois vert au blason familial brodé dessus et cet immonde béret. Laissez-moi vomir. C’est un scandale. Le style BCBG hautain c’est dépasser les cocos, sauf pour Blair Waldorf et sa clique dans Gossip Girl. Déformation professionnelles, pardonnez.

« Ne vous occupez pas de ces petits aristos péteux. Estimons-nous simplement heureux d’avoir une si belle journée. Abandonnons le golf et ses règles ! Et promenons-nous dans les bois tant que le loup n’y est pas !»

Je ponctuais ma phrase d’un rire, me rappelant de beaux souvenirs avec cette comptine. Je me demandais bien si Araon la connaissait. Quand j’y pensais, nous n’avions pas vraiment parlé de nous, de nos vies « superficiellement ». Ce qui me fit prononcer les mots suivant sans véritable début ni véritable fin.

« Vous êtes étudiant ou rentier ? En fait, ça n’a strictement rien à voir, mais j’aurais beaucoup apprécié distribuer quelques coups de club chez ces jeunes hommes, mais j’ai l’impression que nous risquons quelques ennuies. Même si l’argent n’est en soit, pas un souci. »

J’avisais le chemin pour retourner vers l’entrée et nous installer sur une terrasse. Ce type était plutôt cool et mystérieux. Je croyais bien que c’était mon lot du destin de rencontrer des mecs un peu « dark » comme disaient si bien les demoiselles so « in ».



[ Livraison d'une fraîche pourriture littéraire xD Pardonne moi Araon-chou! ]
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Mer 30 Juin - 14:59

.
[ Tu es toute pardonnée Et ce n'était pas spécialement pourri . . . ]


Elle riait, ce qui contre tout attende arracha un sourire au brun. Il ne put cependant s’empêcher de se demander ce qu’elle faisait là. Lui non plus n’aimait pas le golf mais il était présent pour raison professionnel. La belle, elle devait véritablement s’ennuyer. Sinon pourquoi serait-elle ici ? Peut-être pour admirer le paysage. C’est vrai que l’architecte de jardin avait fait des merveilles. Le Castel Golf Club comptait parmi les plus beaux endroits de Dublin – comme tout endroit du Southside qui se respecte. Mais quand même, ça revenait cher la balade. Mais elle avait raison ça ne servait à rien de porter attention à ces aristocrates. Il y a mieux à faire.

« - Qu’est-ce qui vous dit que le loup n’y est pas ? »

Araon ponctua sa phrase d’un sourire énigmatique. Nombreuses de ces conquêtes le qualifiait de bête assoiffée de sexe. Neveen aussi l’avait souvent comparé à un loup. Sa faim insatiable de sang, le plaisir qu’il avait à traquer ses victimes avant de les exterminer d’un tir à bout portant. A. s e doutait quand réalité son petit-ami avait peur de lui, de la partie obscur qui se nourrissait petit à petit de l’enfant des rues qu’il était devenu. Toutefois, par amour, Neveen avait su cacher sa crainte par de l’humour. Si du ciel il voyait ce que l’homme qu’il avait aimé était à présent, il serait peut-être heureux que le sida l’ait emporté.

« - Mais c’est vrai qu’il fait beau. Nous aurions tord de ne pas en profiter. »

*. Et encore plus de gâcher ce soleil par de la nostalgie mal placée. *

Araon tenta de chasser ses pensées déprimantes de sa tête. Décidément, il serait tant qu’il fasse son deuil. Mais cela n’tait pas une mince affaire. Et comme d’habitude, une folle envie d’affection et de cigarette le prit. Il ne fut pas mécontent d’avoir Calliope à ses cotés. Il n’aimait pas trop devoir aller chez Noa’ ou Max pour soigner ses élans de nostalgie. Il détestait se monter faible et bizarrement encore plus devant les personnes qui lui était cher. Ainsi, la princesse rebelle – qui elle au moins ne semblait pas avoir envie de lui sauter dessus, lui serait d’une agréable compagnie et l’empêchera de trop penser. A. se surpris d’ailleurs à vouloir la prendre par la taille. Mais il se retint à nouveau. Encore moins q’il n’ya a un instant il ne voulait qu’elle s’en aille. Et puis, sons babillage incessant le sortit quelque peu de son humeur lugubre, que bien entendu, il ne montrait guère.

« - Dirons-nous que j’ai assez d’argent de coté que pour pouvoir vivre de ma passions. »

Ce qu’on ne mentionnera pas c’est que cette dite passion est l’assassinat. Et si jamais elle le lui demandait, il contournera la question par une quelconque pirouette. D’un autre coté, l’envie de cigarette se faisait toujours ressentir. Ainsi, lâchant momentanément la main de la demoiselle, Araon sortit de sa veste son paquet et briquet. Deux cigarettes en moins d’une heure, faut qu’il fasse attention là ou il risque vite de se mettre à sentir la clope et cela ça l’écœurait plus qu’autre chose.

« - Cela vous dérange si je fume ? Je veillerai à jeter mon mégot dans la poubelle cette fois-ci. »

Il souligna le sous-entendu sur le moment de leur rencontre par un sourire amusé. Et ils se dirigeaient vers la terrasse. Cela tombait bien la chaleur lui donnait soif. Peut-être pendraient-ils un verre de champagne en l’honneur de leur rencontre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet:    Mer 30 Juin - 21:18

« Le loup rôde toujours dans les forêts à l’orée des pâturages. Serions-nous les brebis égarés du troupeau ? »


La douce femme que je suis riait comme une gamine. J’aimais par ce beau temps, rire et raconter n’importe quoi. Je sautillais limite. Il ne me manquait plus que les couettes Heidi et son générique à la con et je vous jure, je me roulerais dans l’herbe avec un grand plaisir. Le plaisir de salir mes fringues et de tirer mon compagnon dans mon jeu. Mais, je me devais de me comporter en sage petite princesse gâtée pourrie. Nous arrivions à la terrasse. Nous prîmes place entre ombres et soleil.
Entre temps, Araon éluda ma question pour me demander si la cigarette me dérangeait tout en me lançant une petite pique. J’aimais son trait d’esprit, son humour et ses manières. Même si les mystères ce n’était pas mon trip, je ne ferais pas la chiante. Je venais à peine de le rencontrer et j’avais pas trop envie de fourrer mon nez dans la vie privée. Même si j’ai la curiosité dans le sang et un fabuleux don pour les ennuis.

« Allez-y. Nicotine ou weed, je ne me pose pas vraiment de questions tant que le mégot à la poubelle. », répondis-je, tout sourire.

Nous nous asseyions. On nous apporta la carte que j’étudiais soigneusement en pianotant sur la table en bois. Chez les riches pas de plastique : ça brûle, ça colle et c’était sale. Le bois c’est noble et on le travaille avec amour. Enfin, la qualité des tables, c’est pas le plus important ! Fallait penser à se remplir la panse aussi.
Je pris une part de crumble aux fruits rouges accompagnée d’un kir royal. L’heure était raisonnable pour boire de l’alcool. Je demandais que l’on apporte aussi un cendrier, histoire de respecter encore plus la nature.

« Araon, prenez ce que vous voulez. La bonté est dans mes gênes aujourd’hui, j’offre ! »

Ah ! Calliope et ton grand cœur ! Je souriais tout azimut. J’ignorais pourquoi je me sentais si bien, si gentille et si mignonne. Je posais ma tête dans le creux de ma paume et regardais ma nouvelle connaissance qui hésitait grandement.

« Faites-vous plaisir bien entendu. Il fait beau et chaud comme je ne cesse de le répéter. Et franchement, ça me fait plaisir de pouvoir partager ma journée avec quelqu’un quelque soit son identité, son activité vraie ou prétendue. Ca fait tellement longtemps que je n’ai pas parlé à quelqu’un tout sans être à saoule ou défoncée. Et vraiment, ça fait du bien. En fait, peut-être n’aimez-vous pas les pies bavardes ? Excusez-moi si c’est le cas, mais bon, comme vous pouvez le constater, il est difficile pour moi de tenir ma langue ! »

Je me sentais heureuse, ridiculement bien et parfaitement stupide. Je bougeotais sur place, en souriant bêtement. Je révélais ma vie de déprave à un parfait inconnu, mais ça ne me posait pas vraiment de soucis. En même temps, Calliope Von Brezen droguée et alcoolique ce n’était pas un véritable secret, vu le nombre de gens connus ou anonymes qui m’avaient vu dans des états lamentables. Citons entre autre faire un lap-dance sur un bar de boîte avec pour pilier le barman à moitié nu ou à me battre dans les toilettes pour filles. Je n’avais jamais vraiment eu froid aux yeux dans ma vie. J’aimais l’extrême et j’avais un goût prononcé pour l’indécence. Mais je pense qu’il valait mieux pour Mr Fisher d’ignorer mon côté Reine des Enfers et des Plaisirs pour le moment. Cependant, je me laissais emporter par la curiosité.

« Vous exercez votre « passion » depuis combien de temps pour avoir assez d’argent ? Nous devons sans doute avoir le même âge environ. »
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Mar 3 Aoû - 16:09

.

« - Vous voilà prête pour le concours de miss environnement. »


Araon tira sur sa cigarette, rejetant sa fumée dans la direction opposée. En parfait gentleman – c’est qu’il était rentré dans le rôle, il tira la chaise de Calliope, l’aidant à s’asseoir et fini par prendre place à son tour. Il passa une main dans ses cheveux rencontrant au passage ses lunettes qu’il glissa sur son nez. Le regard ainsi dissimulé, il pouvait observer tout son saoul. Il ne faut pas oublier qu’un cadavre traînait dans les environs. O n’est jamais trop prudent.

Dans le coin gauche une vielle blonde décolorée qui tentait de garder l’éternelle jeunesse à coup de banc solaire, botox et mac up – ce qui entre nous donnait un résultat oscillant entre catastrophique et pathétique, flirtait avec un jeunot qui ne semblait même pas sortit de l’université. C’était peut-être mauvaise langue mais A. avait l’impression qu’il attendait que l’ancêtre passe l’arme à gauche pour toucher le pactole. Il n’y avait tout simplement pas d’autre raison pour qu’un étalon reste avec une épave : il se voyait déjà jeune héritier draguant à Saint-Tropez. Mais pour notre tueur, plutôt crever que de coucher avec une telle momie. Lui, il exigeait l’excellence. Et si l’autre tenait tellement à héritier, ma foi, il pouvait toujours régler son problème. Enfin, il ne fallait pas prendre cela comme de l’irrespect pour ses aînés. Mais on ne lui retirera pas l’idée que les femmes d’âge mûre ne sont belles que lorsqu’elles s’assument. Et il reconnaissait que certaines le font avec brio’. Soit, mit à part l’étrange couple, on retrouvait pêle-mêle des jeunes bruyants qui dépensait l’argent de papa-maman en alcool fort, des hommes en polo-béret qui discutaient swing et d’autres gaietés dans le même genre. En bref, rien d’anormal.

Araon s’arracha à son observation quand on leur apporta les cartes. Il décrocha un sourire charmeur à la serveuse et eut la joie de la voir rougir. Puis, tira encore une fois sur sa cigarette tout en tournant les pages de la carte. IL ne savait quoi prendre. Il n’avait pas faim, c’était plus de la gourmandise qu’autre chose. Pendant qu’il hésitait, il entendit Calliope demander un cendrier. C’est vrai que faire tomber ses cendres sur le bankirai ce n’était pas ce qu’il y a de plus classe. Quoiqu’en temps normal il s’en serait moqué. Mais pensons à l’environnement comme le dirait la devise du moment.

« Araon, prenez ce que vous voulez. La bonté est dans mes gênes aujourd’hui, j’offre ! »

« - Alors ce sera un verre de votre meilleure amaretto avec deux glaçons et une part de tarte- tiède de préférence, au massepain s’il vous plait. »

Il referma la carte et la tendit à la serveuse qui le regardait quelque peu étonnée. Si vous vous demandez peut-être s’il portait une véritable importance au nombre de glaçon ? La réponse est non. Mais cela l’amusait de formuler ce genre de phrase pédante. Après, il n’allait pas faire une esclandre s’il y avait trois glaçons dans son verre. Il tira à nouveau sur sa cigarette tentant toujours en vain de recracher sa fumée en spirale. Il devrait s’y résigner : il n’y arrivera jamais.

Face à lui, Calliope le fixait, le sourire aux lèvres. N’importe qui pourrait penser qu’elle était une éternelle optimiste. Mais lui pensait plutôt à une façade. Après tout lui aussi était adepte des masques et identités multiples. A moins qu’elle ne soit tout simplement dans un bon jour. Il n’en savait rien, il n’était pas psychologue. Et il ne voyait pas pourquoi il se prenait la tête avec ça. C’est peut-être tout simplement dans sa nature de parler sous forme de long monologue.

« - Parlez seulement, cela m’amuse. La spontanéité est rare de nos jours. J’apprécie votre compagnie. »

Calliope semblait avoir une vie nocturne assez mouvementé – voire une vie tout court. Il enregistra l’information en passant, même si elle n’était pas d’une réelle importance à première vue. Et puis, ce n’est pas comme s’il pouvait en dire quelque chose. Araon Fisher n’était pas homme à faire la morale et encore moins à en avoir le droit. D’autant qu’il était agréable de l’avoir à ses cotés. Surtout quand son subconscient se la jouait mélancolique. La seule chose qu’il pourrait lui reprocher serait d’être trop curieuse.

« - Depuis mes quatorze ans mais étant orphelin mon argent me vient de mon héritage. »

A moitié vrai. Il était bien orphelin et avait bien voué sa vie à la mort depuis ses quatorze ans. Toutefois pas besoin de vous faire un dessin. Le seul héritage qu’in n’ait jamais eu fut son colt et une vielle photo peut-être. Rien qui ne valent les millions qu’il avait déjà amasser.
La serveuse revient avec les alcools et le cendrier leur annonçant que le reste des consommations arrivera dans cinq minutes. Araon se contenta de déposer ses cendres dans l’endroit adéquat avant de boire une gorgée d’amaretto. Il ne put s’empêcher d’avoir un sourire moqueur. Dans le verre il y avait deux glaçons.

« - Mais dites moi Calliope, vous êtres toujours aussi curieuse ? »

La question était posée normalement. Si elle ne s’aventurait pas plus loin il n’y avait pas de raison de s’inquiéter. Toutefois, il y avait quelque chose de menaçant dans cet homme qui la fixait derrières ses lunette, la cigarette aux lèvres, même si comme d’habitude A. n’en était pas conscient.

Et voilà Désolé pour l'attende xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 6 Aoû - 13:47

Les boissons arrivèrent. Je fis commander un cheese cake sur fond de speculoos. On me dit qu’il n’y avait pas. Je fis commande d’un brownie. Y a pas. Un crumble pomme framboise ? « Non mademoiselle. Désolée. » Bordel, j’avais faim. Cette minette allait me pourrir la journée et montrer ma phase peut reluisante à ce galant jeune homme. Je demandais un cookie tout chocolat. Elle me répondit qu’ils étaient en rupture de stock. Elle me proposa la même tarte au masse-chai-pas-quoi qu’avait pris mon invité.

« Et de la merde, vous en avez ? », rétorquais-je, excédée.

La serveuse partie, écœurée et au bord des larmes. Je souris à Aaron. « Pardon, monsieur mais je ne suis pas si gentille que ça » tentais-je de dire par simple communication visuelle. Puis il me demanda si j’étais toujours aussi curieuse. A ça oui ! Mais son histoire me turlupinait. Orphelin depuis ses quatorze ans et il ne vit que de son héritage. Il fallait être super balèze pour le dire avec tant de calme. Bien sûr, je me trouvais bien idiote d’avoir tant insisté. Je baissais la tête, en riant tout doucement.

« La curiosité est une maladie chez moi. Je ne peux m’empêcher de toujours vouloir connaître un peu plus les personnes. Et en général, ça ne plait guère. Je suis sincèrement désolée pour vous… euh votre histoire. ‘Fin je ne sais pas comment le formuler. »

Je relevais mes yeux vers le glacis opaque des verres noirs. Je ne distinguais rien, je soupirais. Le kir royal me fit un bien fou après cette petite altercation. Le masse-machintruc arriva pour Aaron. J’ouvris mon sac et mon portefeuille et tendis un billet de vingt et de cinq. Elle les pris, me rendis rapidement la monnaie et s’échappa comme un lièvre vers son terrier. Je n’allais pas lui laisser un pourboire. Plus envie. Mes lèvres retroussées comme une chienne prête à attaquer le gibier l’avait dissuadé de rester plus longtemps en notre compagnie. Mais j’avais bien remarqué son air intéressé lorsque cet inconnu d’invité lui avait passé commande. Changeant totalement de sujet pour faire zapper mon côté dark vador, je lançais une petite pique mignonne :

« Vous avez fait mouche. La jeune serveuse, que je viens de faire fuir soit dit en passant, vous a bien reluqué. »

Je souris. Normalement, cette fois. Je me demandais quelle allait être la réaction d’Aaron. Je savais bien que j’étais difficile à vivre, voir complètement écœurante. Mais, quand même s’amuser de la naïveté d’une jeune fille n’était pas si vilain ? Et puis, Aaron était plutôt beau gosse. Même si quelque chose dans son attitude tendait à m’exaspérer. Sa manière de toujours passer sa main dans les cheveux ? Ou bien celle de garder ses lunettes vissées sur le nez ? Ou encore sa nonchalance genre « I am a BG mystérieux » ? Mais bon, cette journée ne devait pas plus se gâcher que ça. J’avais remarqué aussi qu’il avait tendance à tout observer bien en détail. Comme s’il redoutait quelque chose. Me faisais-je des films ? Peut-être … A force de regarder Esprits Criminels j’allais me prendre pour une comportementaliste.

« Vous pensez quoi des séries policières à la Mentalist ? »

C’était sorti tout seul. Je sais pas pourquoi. Je n’avais pas réfléchi à deux fois. Mes divagations internes étaient devenues externes. J’éclatais de rire une nouvelle fois. Mon dieu il allait me prendre pour une fois

« … Euh. Pardon. », réussis-je à souffler, après une bonne minute de marade.
Revenir en haut Aller en bas
Araon Fisher
Tueur à Gage Obsédé
Fuyez ! Il va vous manger tout cru !
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Sexe et Mort.

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 13 Aoû - 15:00

.

Interaction entre Calliope et la petite serveuse. Oucht. Je n’aurais pas aimé être à sa place. Sûr qu’elle s’en rappellera de son job étudiant la pauvre petite. Elle aura au moins quelque chose à raconter à ses copines ou à sa mère, au choix. L’histoire d’une cliente trop exigeante qu’il lui aura foutu une frousse bleue – même si cela elle ne le dira pas. Et bien sûr tout sera de la faute de la cliente. C’est plus facile ainsi. Elle n’y était pour rien elle. Quoique pour un établissement d’un tel standing, c’était une honte de plus rien avoir en stock. Enfin bref, on s’en fout en fin de compte.
Araon s’amusait du spectacle que lui offraient les deux femmes. Machiavélique ? Mais qui ne l’était pas. Ainsi quand Calliope lui sourit, il lui offrit son sourire le plus sadique avant de répondre à son tour :

« - C’est très bon le massepain vous savez. Rien de comparable à ce qui peuple vos fosses septique. Mais vous avez le droit d’avoir votre propre avis. Aussi tranché soit-il. »
Et une gorgée d’amaretto pour souligner ses paroles. Il fit claquer sa langue sur son palet, appréciant les arômes. Qu’est-ce qu’il aimait l’alcool. Cependant, le fait qu’il puisse boire de la bière insipide avec le même plaisir que des millésimes, avait toujours étonné. De même qu’on ne l’avait jamais vu bourrer, qu’importe le nombre de litre qu’il avait englouti. En réalité, il a quelquefois été bourré, c’est juste qu’il sait ce contrôler.

« - Ne vous ennuyez pas avec cela. Ce sont de vielles histoires. »
Il lui sourit, elle le fixa avant de soupirer. Araon arqua un sourcil sous ses lunettes. Quelque chose la dérangeait ? Oh, et puis on fond, ça n’avait pas une grande importance, sinon elle ne serait plus là. Il prit cuillère de sa tarte que la serveuse lui avait apportée avant de déguerpir sous les foudres oculaires de la princesse. Il la porta à sa bouche et du se retenir de rire : elle était tiède – et excellent accessoirement.

« - Très peu pour moi. Je ne suis intéressé que par les belles femmes. Traitez-moi de machiste si vous le souhaitez. Mais c’est la stricte vérité. Les hommes qui vous dirons ne pas faire attention au physique sont soit des menteurs soit des aveugles. A moins qu’ils soient moches eux aussi. Mais alors on ne peut plus rien pour eux. »

« Vous pensez quoi des séries policières à la Mentalist ? »
Et il éclata de rire, un vrai rire comme il ne lui arrivait que rarement quand Alex lui sortait une énormité. Décidément, cette fille fallait de l’or. Cela avait fallu la peine de rester aussi longtemps sur le lieu de son crime. Son rire se mêla à celui de Calliope, tous les regards de l’assemblé convergeaient vers eux, mais il en avait cure. Ces riches étaient-ils tellement coincés que cela semblait tellement les choquer de voir deux jeunes gens s’amuser ? Araon rit tellement qu’il du enlever ses lunettes pour essuyer les larmes qui lui perlaient au coin des yeux.

« - Je ne regarde pas la télé. Je préfère vivre dans le réelle. »
Autant ne pas lui dire qu’il n’avait tout simplement pas de télévision. Elle devait le trouver assez étrange comme cela. Qui a ce jour ne possédait pas de téléviseur ? Vivez dans la société de consommation jeunes gens ! Laissez les ondes vous bouffer le corps et donnez votre argent pour qu’on invente de nouvelle façon de vous tuer à petit feu. Vraiment du grand n’importe quoi.

« - Pardon pourquoi ? Le rire n’est pas une maladie que je sache quoiqu’agresser les pauvres serveuses peut l’être. »
Araon lui adressa un clin d’œil et déposa ses lunettes sur un coin de la table. Il but une nouvelle gorgée d’amaretto avant de continuer à parler sur un ton de conspirateur.

« - Mais entre nous, tant que cela nous amuse, on s’en contrefiche des autres et de leur sensibilité. Après tout, on ne vit qu’une fois comme ils dissent. »
Une cuillère de tarte, et il laissa ses paroles agirent sur la jeune fille. Il avait comme l’impression qu’elle ne serait pas contre cette vision de voir les choses. Attention, malgré les apparences, le blond n’est pas un bon garçon.

« - Alors que pourrons nous encore faire pour nous amuser au dépend de notre gentille mais peu jolie serveuse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Mer 25 Aoû - 11:19

Même si nous nous connaissions à peine, je commençais à fortement apprécier la personnalité assise en face de moi. Entre détails subtils et paroles intelligentes, Araon laissait planer autour de lui un épais mystère qui m’attirait sans nul doute. Avec ma curiosité maladive, il me paraissait impossible de ne pas vouloir rester une moule accrochée à son rocher avec un tel homme. Il avait l’esprit acerbe et le physique arrogant. Je portais mon verre à la bouche pour me rafraichir. En même temps après une telle rigolade j’avais besoin de me poser deux minutes et de mater. Puis il répondit à ma question sur Mentalist par une phrase des plus simples.

« Vivre dans le réel. Certes, mais ajoutez-y du rêve et la vie parait plus douce non ? Enfin, comme vous l’avez dit par pour tout le monde »
, ajoutais-je, en souriant.

Araon me parla aussi de la condition humaine dans sa globalité. Nous ne vivons qu’une seule fois et faisons à peu près ce que nous voulons. B-A.BA que j’appliquais sans même que l’on me l’ait appris. Puis, le blond me proposa un plan machiavélique consistant à énerver la petite serveuse. J’agitais un doigt pseudo-accusateur sous le nez du jeune homme qui dévorait sa tarte sous mes yeux et lançais, théâtrale :

« Voyons ! Nous n’avons peut-être qu’une seule vie, mais il faut savoir montrer son amour au monde ! Nous nous devons de les respecter … dans leur connerie et leur rendre la monnaie de leur pièce lorsqu’ils en font preuve.»


Sur ces paroles aimables et pleines de ferveur, je fis appeler la serveuse, qui rappliqua illico-presto à notre table. Sa silhouette fine se tassa d’un seul coup et elle se mordit les lèvres. Ses yeux glissèrent sur Araon avant de fixer le sol. Elle fit blanchir ses phalanges sur les rebords de son plateau ridicule avant d’articuler un « Oui » à peine audible. Bizarrement, ses yeux commencèrent à perler dès que j’ouvris ma bouche.

« Regardez moi dans les yeux au moins lorsqu’on vous fait appeler Mademoiselle. Je ne crois pas que votre patron apprécierait qu’on vienne se plaindre de son personnel. »

Première partie, end.

« Mais bon, je devrais aussi me plaindre de l’établissement. Tout de même ne pas avoir de cookie c’est inadmissible. En plus, nous sommes plutôt avancés dans la matinée, j’aurais pensé que vous serez livrés tout de même ! J’aurais pas du vous engueuler de la sorte ma chère ? »

Sourire colgate pour la miss. Elle relevait légèrement les yeux, et hochait la tête. Calliope lui caresse le poil et s’excuse. Je lui lançais un sourire encourageant qui lui fit retrouver des couleurs. Elle osa me regarder en face. Enfin. Maintenant, le coup de grâce.

« Cependant, mon ami ici présent ne pardonne pas la mocheté. Et si vous pouviez définitivement vous barrer de sa vue, ça lui éviterait de vomir son massepain qui me parait si délicieux ! », assenais-je, en montant le ton à chaque mot.

Je riais aux éclats lorsque son visage se décomposa parfaitement au point de partir en courant et en pleurant.

« On vous laisse le pourboire pour nous avoir obéit ! C’est gentil ! Merci ! »

Je me relevais tant bien que mal, attrapais mon sac et fis signe à Araon de se lever. Je posais un petit billet sur la table. Quelle généreuse enfant !

« Allez on dégage ! Prenez la tarte pas de soucis. La vaisselle est offerte non ? Hahaha. Bon en tout cas, ça a été une bonne marrade cette matinée ! Ravie de t’avoir rencontrée Araon ! »

Lorsque nous fûmes sortis de l’enceinte oppressante, je sortis mon smartphone et le lui tendis pour qu’il y note, numéro, adresse msn ou truc dans ce genre là. Histoire qu’on ne se perde pas de vue. Lorsque l’affaire fut conclut, je l’embrassais sur les deux joues et nous nous éloignons chacun de notre côté. Pour je l’espère vite nous retrouver.


[ END foirée mdr]
Revenir en haut Aller en bas
Alice Legon

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Métier / Etudes

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:46

blah

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

You are my muse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur George Henley
Fondateur
e=mc²

avatar


MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:46

Le membre 'Alice Legon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'dédecharlott&cécile' :

Résultat : 6

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blockquotejustify.forumactif.us
Valentin-Alexandre Legon

avatar


MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:50

jihbi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur George Henley
Fondateur
e=mc²

avatar


MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:50

Le membre 'Valentin-Alexandre Legon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'dédecharlott&cécile' :

#1 Résultat : 5

--------------------------------

#2 'dédecharlott&cécile' :

#2 Résultat : 3

--------------------------------

#3 'dédecharlott&cécile' :

#3 Résultat : 3

--------------------------------

#4 'dédecharlott&cécile' :

#4 Résultat : 1

--------------------------------

#5 'dédecharlott&cécile' :

#5 Résultat : 4

--------------------------------

#6 'dédecharlott&cécile' :

#6 Résultat : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blockquotejustify.forumactif.us
Alice Legon

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Métier / Etudes

MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:52

* me lance le dé tel une pokébaaall *


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

You are my muse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur George Henley
Fondateur
e=mc²

avatar


MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   Ven 21 Jan - 4:52

Le membre 'Alice Legon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'dédecharlott&cécile' :

Résultat : 2, 1, 2, 2, 1, 4, 1, 2, 2, 5, 1, 1

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blockquotejustify.forumactif.us
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le golf, ce n'est guère autre chose qu'une façon coûteuse de se promener. *
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]
» " - Mis à part ça, tu fais autre chose dans la vie ? "
» Je veux vivre autre chose que cette vie } Chelsea
» BELLE (+) Je veux vivre autre chose que cette vie.
» M. Gaillard prône autre chose que le consensus actuel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: Southside :: Castle Golf Club-
Sauter vers: