AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 A l'abri des regars [Calliope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: A l'abri des regars [Calliope]   Dim 30 Mai - 22:56

Une brise se lève sur Johnstown Park, une ombre s’abat sur ce coin de verdure, la température descend de quelques degrés, une légère traînée blanche s’échappant d’entre mes lèvres à chaque expiration. J’ai perdu la notion du temps, je ne me soucie plus de l’endroit où je me trouve, je suis entourée des miens, les drogués de cette ville. On se cache derrière des arbustes, on se défonce dans un coin du parc, à l’abri des regards. Le vent secouait ma longue chevelure , je les dégageais de mon visage en secouant la tête, préférant éviter de cramer mes cheveux avec mon joins. Je le portais à mes lèvres, prenant une grande bouffée, le bout du joint s’illuminant pendant mon inspiration. Le retirant, inspira longuement, avalant la fumée pour enfin la laisser s’échapper doucement. La fumée me monta directement au cerveau, je me sentis bien heureuse et mon sourire s’agrandit en voyant l’air béat sur la figure de la jeune fille en face de moi qui avait pris le relais.
Elle semblait, elle aussi, sous le charme de ces herbes.

- Ouah il est terrible… Encore heureux pour ce que ca coûte.

Nous étions allongée dans l'herbe du parc entre trois arbustes massifs qui nous cachaient des petits curieux. De toute manière à cette heure tardive, courageux seraient ceux qui s'aventureraient dans le parc.

- Je m'appelle Taylor Greene et toi ?

Notre rencontre remontait désormais à environ à une demi-heure. Je me rappelle d'être arrivée ici, dans l'envie de prendre plaisir en plein air. Et arrivée sur ces lieux, j'ai directement sentit la délicieuse odeur de l'herbe. Guidée par mes sens, je l'avais trouvée, coincée dans la végétation, se fumant un petit pet seule. La jeune femme n'avait pas semblé être contre un petit de compagnie, surtout quand cette compagnie est aussi une droguée. Je m'étais assise en silence à côté d'elle, connaissant déjà la suite des événements.

- J'espère que ma compagnie ne te dérange pas... Généralement je fume seule histoire d'être en paix mais de temps à autres, se défoncer à plusieurs, c'est plus... Convivial.

Elle lui adressa un sourire à ces dernières paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Mer 2 Juin - 17:34

Johnstown Park. A l’heure où les badauds rentrent chez eux, les amoureux dans leur nid d’amour, les familles dans leur cocon et les célibataires dans leur solitude, sortent les fantômes et démons de la nuit. Je fais partie de ces derniers, aujourd’hui. Je me qualifierais de sorcière. Une sorcière accro à l’herbe et au paradis artificiels. Car j’étais toute de noire vêtue dans une robe noire signée Karl Lagerfeld pour H&M (même si entre nous ce mec est une plaie) et les Meree - collection 2010 bien sûr – de Christian Louboutin . Fringuée comme une princesse pour s’assoir dans l’herbe grasse et fumer des joints.

Je m’étais réfugiée derrière des bosquets massifs, à l’abri des regards indiscrets pour sortir un petit sachet rempli de beuh, un bout de carton fin et les feuilles pour rouler. J’en avais fortement envie depuis plusieurs jours, mais je n’avais pas trouvé de dealers fiables. Que des escrocs. Cependant l’O’Dono pub lui est un haut lieu de qualité et de débauches. Merci cher endroit insalubre !
Calée contre un tronc, inhalant de longue bouffée de cette substance parfaitement paradisiaque, je soupirais d’aise.
A peine un quart d’heure après mon arrivée, une jeune fille s’était assise à mes côtés. Sans poser de questions, je lui tendais le bout de pet.

- J'espère que ma compagnie ne te dérange pas... Généralement je fume seule histoire d'être en paix mais de temps à autres, se défoncer à plusieurs, c'est plus... Convivial.

Je lui avais répondu par un simple sourire, avant d’en rouler un nouveau.


Elle se présenta plus tard. En même temps, je n’avais pas cherché à savoir avec qui je partageais mon butin, trop ravie d’avoir de la compagnie pour planer un bon coup. Puis elle avait l’air cool.

- Enchantée compagne de débauche. Calliope Von Brezen .


Je rallumais le joint avec mon zippo, avant de lui lancer le sachet, les feuilles et le briquet. Je me sentais d'humeur généreuse et surtout j'étais totalement défoncée. Je délassais mes chaussures pour m'en servir d'oreiller. Parfait. Un monde parfait.

- Fais toi plaisir, Taylor.
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Sam 5 Juin - 23:02

J'accueillais au vol son pack ainsi que tout son petit matériel avec un grand sourire sur les lèvres. Ce qui est cool entre drogués, c'est qu'on est souvent généreux - excepté pour mon héroïne - et du coup on partage afin de passer un bon moment. Ici Calliope me donne directement tout son petit butin, cette fille a l'air bien cool en tout cas.
Je sors une petite feuille du paquet, la met à plat sur ma main tout en saisissant une tête d'herbe entre mon pouce et mon index. Placant ma main au-dessus de la feuille, je frotte mes doigts l'un contre l'autre, la beuh s'éffritant entre mes doigts et retombant au milieu de la feuille. Mission accomplie, j'écarte le pack d'herbe et ouvre une cigarette pour mettre la moitié du tabac sur ma feuille. Cela fait, je roule mon join, lèche le rebord et c'est enfin prêt ! Un claquement sonore et le zipo s'ouvre, je brûle l'extrémité du join où j'ai mis une cale puis je le porte à mes lèvres, brûlant l'autre côté.
J'inspire profondément, mes yeux restent mi-clos un bref instant tandis que je suis envahie par la fumée. Bonheur. Mais ce n'est pas encore suffisant pour moi... Je prends mon sac, sort un pack d'une autre sorte, y prend une petite pilule orange et l'avale sans eau. Je lance le pack sur Calliope.

- Ecsta, ca te dit ?

Je lui adresse un sourire.

- Je sais pas si tu fumes juste ou si tu prends autre chose... A ta guise, chère amie !

Je l'observe, attendant de voir ce qu'elle va faire. Je déglutis une nouvelle fois, la pillule d'ecstasy me restant en travers la gorge. Elle passe enfin... Vivement qu'elle fasse son effet. Déjà que j'étais de bonne humeur avec cette beuh, alors avec l'ecsta, je serais vraiment vraiment de très bonne humeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Lun 7 Juin - 23:59

Je réceptionnais le sachet, sans savoir de quoi il ressortait. Tout en tirant une longue latte, j'observais le bout de plastique sous tous ses angles avant de l'ouvrir. Je me sentais fascinée par le bruit qui en dégageait lorsque je l'agitais. Façon maracasses... Ouaaah le triip. Je commençais à planer comme il fallait. Je l'ouvrais donc et déversais une partie du contenu dans ma main. Des pilules orangées. De l'ecsta?
Si c'était le cas et bien je n'en avais jamais pris avant. C'était bien la seule drogue avec l'héroïne que je n'avais jamais tenté. L'héroïne parce que je n'aimais pas les piqures. Et l'ecsta parce que .. Parce que quoi en fait?
Un sourire niais s'étira sur mon visage, comme une gosse qui venait de trouver un nouveau joujou.
Pourquoi ne pas essayer?

* Aller chérie, t'es pas à ta première connerie ... *

Je pris une pilule que je portais à mes lèvres et déglutis avec peine. Je reposais le sachet sur mon ventre avant de m'allonger à nouveau tout en fumant. Quels allaient être les effets combinés à la fumette? Parce que la fumette encore c'est gentillet mais l'ecsta, maman ne serait pas contente. Ah ça non pas du tout. Je continuais à aspirer de longues bouffées de mon joint, mon corps se soulevant aléatoirement à cause de mon rire.
Le soleil déclinait et mon mental aussi.

- Dis moi Taylor... T'es ici depuis longtemps? Parce que c'est putain de cool de mater les nuages roses...

Ma bouche et mes cordes vocales s'activaient seules et je me mis sur le côté pour pouvoir observer le profil délicat de mon nouveau contact qui semblait aussi atteindre un nirvana bouddhique.

- Faudrait venir souvent prier ici. Le temple j'adore. C'est zeeeeeeeeeeen.
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Mar 15 Juin - 20:55

Je peux percevoir son hésitation lorsque je lui propose la pilule. Ai-je vraiment bien fait de lui proposer ? Déjà que moi-même j'étais dans un trou noir duquel je n'étais pas prête de ressortir. Et j'étais loin de me limiter aux joins et aux pilules. Je préférais cette petite poudre magique que l'on peut diffuser dans ses veines. Douce drogue, doux poison mortel. Je savais que c'était ce genre de choses qui me tuait à petit feu. Il est vrai que l'injection est un pur bonheur, comme un feu qui m'incendie les veines, la sensation de glisser dans un autre monde. Mais quand on ressort de ce pays imaginaire, tel Alice dont la tête surgit du terrier du lapin, c'est un choc.
Le monde est sombre et injuste. Et ce n'est que quand je suis dans cet état défoncé que j'arrive à être véritablement heureuse.

Aux paroles de Calliope, j'éclatai de rire. Elle était défoncée, elle délirait complétement. Elle devait être du genre à caler sur tout et n'importe quoi. C'est ca qui est bon. Si elle pouvait ne pas faire de bad trip, ce serait encore mieux... Rien de pire qu'une droguée qui, en descente, se met à avoir des accès de colère ou à pleurnicher.

- Ah ah... Est-ce que je suis depuis longtemps dans ces arbustes ou dans cette ville ? Dans les arbustes, oulaa... Trop dur. Je passe à l'autre question. Dans cette ville ? Trop longtemps ! Mais bon... Si je rencontrais des gens comme toi tous les jours, la vie dans cette ville serait bien plus attrayante !

Les nuages roses. Je lève le visage vers le ciel et éclate à nouveau d'un rire tonitruant. Rose ? Tout ce que je voyais c'était une étendue de bleu avec quelques traces de nuages blancs. Ainsi qu'une multitude d'étoiles. Sous l'effet des excitants, je me sens transportée par les étoiles, me laissant un air béat sur le visage. Le seul mot qui pourrait correspondre à ce que je vois est : Magnifique. Si magnifique que j'oublie où je suis, ce que j'y fais ainsi que l'agréable compagnie de Calliope. Ses paroles me ramènent néanmoins à la réalité. Je sens déjà un sourire qui naît sur mes lèvres, m'attendant à nouveau à des paroles délirantes.
De fait, je ne suis pas déçue. Je me roule sur le sol, laissant mon rire cristallin percait la nuit. Elle délire vraiment, cette fille est terrible !

- Ouais t'as raison Calliope, on est complétement zeeen !

Je me tourne également vers elle et lui adresse un sourire éclatant.

- Avoue que l'ecsta c'est du pur bonheur ! Et encore tu connais pas l'héroïne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Mer 16 Juin - 11:35

Je fermais doucement les yeux, me sentant apaisée grâce aux effluves herbeuses et à la petite pilule magique. Taylor aussi semble heureuse, son rire est sympathique et merveilleux. Nous rions de bon cœur derrière ses bosquets dans la nuit qui se posait doucement au dessus de nos têtes. Ma tête tournait lentement, mais j'avais envie d'aller encore plus loin dans le rêve. Puis ma compagne parla d'héroïne.
Je me relevais, prenant appuie sur mes coudes pour l'observer.

" T'es encore plus droguée que moi ma parole! Ça te fait pas peur la piqouze? Sérieux moi, les machins pointus ,mis à par les soutifs JP Gaultier façon dominatrice, chui assez frileuse."

Je ris, de ma connerie tout en me laissant de nouveau tomber dans l'herbe. Je l'entendis rouler à mes côtés, je me rapprochais aussi, mon nez plongeant avec délice dans la terre humide du soir. Ça me rappelait mon enfance. Ouais dès que j'étais déf' je repensais à mon enfance, à cette âge où nous étions si innocents.

" Un jour faudra qu'on parte dans un temple bouddhique, genre Thaïlande ou Laos et pourquoi pas le Vietnam. Et on passerait nos journées à fumer, fumer, fumer et s'enfumer tout en dégustant des cocktails bien épicés... Ça doit pas être super cher là-bas ces substances..."


Je soupirais d'aise et d'envie.

" Et l'héro tu touches depuis longtemps? Genre ça fait flop flop dans tes veines? Flop flop le bateau qui coule."

Et me revoilà à mourir de rire dans le silence du parc dublinois. A vrai dire, je n'ai jamais été doté d'un sens de l'humour crevant.
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Ven 18 Juin - 17:20

Son rire éclate à nouveau dans le pénombre, elle est en total plan. L'ecstasy lui réussit bien, je suis même persuadée qu'elle ne va pas me faire un bad trip. Et dans un sens, tant mieux. J'avais pas envie de jouer à la consolatrice. Surtout pas quand j'étais dans de si bons instants. Si elle continue, elle va avoir mal au ventre à force de rire. Et moi aussi... Elle a l'air vachement branchée bouddhisme. Ou alors c'est la drogue qui lui donne cette tendance !

- La piqouze ? Ça dure deux secondes et après c'est du pur bonheur. Mieux qu'un pet, mieux qu'une attraction forte, mieux qu'un vol en hélicoptère, mieux qu'un saut en élastique,... Mieux que tout. C'est comme si tu voyageais dans un autre monde. Quand tu prends de l'héroïne, tu es transformée en Alice et ta destination c'est le pays merveilles.

Mon ventre se tord rien qu'en parlant de l'héroine. Je ressens à nouveau cet intense besoin qui réclame son injection. Cette sensation que je ressens environ trois fois par jour tellement je suis accro. Calliope imagine pas à quel point je suis une droguée. Ma vie c'est la drogue. Certains travaillent pour vivre. Moi je travaille pour me droguer. La peine, la souffrance, la nostalgie, la tristesse, ... Tous ces sentiments stupides disparaissent en une injection. Et c'est ca qui est bon. De pouvoir tout effacer pendant quelques instants.
Calliope ressort son trip, ce qui déclenche un nouveau rire de ma part.

- Moi je te dis... Un jour, toi et moi, on va jusque Ibiza et on passe nos soirées à se défoncer dans des boîtes, on fait la fête toutes les nuits. La journée on prend le soleil sans rien faire. Que du bonheur...

Je fus transportée par mes idées. Nous imaginant toutes deux en voyage, profitant pleinement de la vie. Au moins nous nous éloignerions de ce ciel gris et de cette ville. Nous laisserions notre vie de côté afin de vivre des jours de rêve. Sa question me ramène entre les arbustes.

- Assez longtemps oui. On en prend une fois, et après.. Impossible de lâcher prise.

Calliope se laisse aller, mais moi, ayant connu des sensations bien plus intenses avec l'héroïne, j'arrive encore à parler sans divaguer.

- Ouais ca fait flop flop... Mais pas comme un bateau qui coule. Plutôt comme un bateau qui s'envole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Sam 19 Juin - 20:58

Nous rions comme des enfants à nos âneries les plus affligeantes, rêvant d’un paradis lointain où tout ne serait qu’insouciance. Je réfléchissais (comme je pouvais) à sa « proposition héroïque » ( aaaah les fabuleux jeux de mots grecques …). Mais l’ecstasy me suffisait amplement pour le moment. Peut-être lors d’une autre soirée paradisiaque je me laisserais tenter par les armes que me proposaient si gentiment ma nouvelle copine. Oui, ca Tay c’était ma copine.

J’ignorais combien de temps nous étions restées là, à discuter de tout et de n’importe quoi, à divaguer malgré qu’elle tienne mieux que moi. Je savais simplement que le temps passait comme un compte-goutte à travers mon cerveau ramolli. J’appréciais sa compagnie et comme le disait l’expression j’espérais « que jamais cette nuit ne se finisse ». Il m’était agréable de ne penser à rien, ni à mon statut social, ni à mes études, ni à Dublin, ni au monde, ni à rien quoi. Pas besoin de se soucier de qui on était, Taylor semblait s’en contre balancer. Fumer et seulement fumer. Telle était notre préoccupation.

« Et si nous marchions ? Faut pas qu’on finisse endormies ici non ? », marmonnais-je, luttant contre le sommeil infaillible.

Les heures passaient infatigables, contrairement à nous humaines. Je me rendais bien compte que j’étais incapable de soulever ma masse corporelle, mais si nous nous aidions mutuellement, nous vaincrions cet obstacle. Mais non, cet herbe merveilleusement moelleuse me faisait un lit agréable.

« T’as jamais eu d’ennuies à rester là pendant toute la nuit ? Les flics sont jamais passés ? »

Mon euphorie retombait peu à peu. Mais cela ne voulait pas dire que j’étais forcément bien nette. Au loin, dans ce monde auquel je m’étais coupée, me parvenait des sirènes et des pas. Nous étions dans un parc, quoi de plus normal ? Des promeneurs.
Seulement, l’attitude de ma compagne du me mettre la puce à l’oreille…


[ Je fais avancer.. A toi, la pro =D ]

Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Sam 19 Juin - 22:03

C'est vrai que le sol commençait à me meurtrir le dos. Il était temps pour nous de bouger, de sortir de cet état de passivité. Ainsi me levai-je afin de l'aider à se relever. Mais la tête me tourna directement et je dus me concentrer pour rester debout. Le sol sembla tanguer sous mes pieds néanmoins la clarté revint peu à peu. Je réussis à voir nettement ma partenaire de drogue ainsi je lui tendis les mains, proposant donc mon aide. La jeune fille saisit mes mains et je tirais d'un coup, lui faisant subir un joli petit bond qui la remit les deux pieds sur terre. Aussi chancelante que moi lorsque je m'étais levée, elle sembla tout de suite aller sur le côté, ne restant pas droite. Je la saisis par la taille, la ramenant près de moi en espérant qu'elle ne s'effondre pas. J'éclatai de rire, la bonne humeur continuant de vibrer en nous.
Calliope posa sa question et je ris, prenant avec légèreté le sujet.

- Meuh non... Les flics de cette ville sont pourris, ils restent le cul assis dans leur voiture ! Par contre, si tu vois une flic avec de longs cheveux noirs, les yeux foncés et une clope à la bouche, FUIS ! Mélissa Bermingham... Elle est...

Je me tus directement. Le regard pétrifié, mes oreilles tendues. Des sirènes retentissaient à travers le parc et je pouvais apercevoir les lumières qui transperçaient la nuit. Mon cerveau marcha à mille kilomètres à l'heure. Mon premier réflexe fut de saisir le poignet de ma nouvelle amie et de la tirer avec force hors des arbustes.

- Viens ! Si on se fait choper, on va y passer la nuit..

Je l'emmenais à travers le parc, mon cœur battait frénétiquement dans ma poitrine et l'adrénaline redoublait l'intensité de mes sens. Je courais avec Calliope dans mon dos, je pouvais entendre les pas précipités des flics. Ils tentaient de nous repérer avec leurs lampes torches.
Crétine ! Première chose à savoir quand tu fumes un join : Ne jamais rester au même endroit. C'est connu... Plus tu bouges, moins l'on sentira l'odeur. Reste dans un endroit public sans bouger et on te repère sans aucun soucis. Il suffit de suivre l'odeur.

- Mais quelle conne !

Totalement sous les effets de la drogue, j'en avais oublié les règles basiques. Et par mon manque de prudence, nous allions peut-être nous faire arrêter. Nos pas allaient à toute vitesse mais alors que nous arrivions à l'orée du parc, je perçus une autre voiture de police.

- Merde !

Je m'arrêtais, Calliope me cognant dedans, ma main restant accrochée à son poignet. Mon regard se balada sur l'entièreté du parc et il s'arrêta sur un arbre non loin de nous. Pas d'autre solution. Je la tire une fois de plus, nous faisions du bruit mais je m'en fichais. Plus vite nous serions à l'abri, mieux ce serait. Arrivées devant l'arbre, je la poussais devant moi.

- Monte !

Je jetai un regard en arrière... Ils me semblaient si proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Lun 21 Juin - 10:34

Taylor me souleva tel un sac à patates, mes jambes flageolantes sous mon poids. Heureusement que ma compagne me soutenait par la taille. Dire qu’elle aussi ne devait pas y voir très clair. Elle riait à propos des flics et de leur tournée. Aucune chance disait-elle, alors pourquoi quelques secondes après je me surprenais à courir ? J’avais juste eu le temps d’attraper mes Louboutin avant que Taylor ne me pousse à faire un sprint endiablé.
WAHOU ! Nous avions les keufs aux fesses. Géniaaaaal. Je courrais en riant bêtement dans ma tête, même si un vague sentiment de culpabilité m’envahissait. Je n’avais pas envie de finir au poste, ni Taylor je suppose. Pas que ça causerait plus de soucis que cela, je ne suis pas célèbre… mais je serais fichée. Je l’entendais grommeler et jurer entre ses dents.
Elle stoppa net lorsque nous fûmes arrivées à l’entrée du parc, ce qui me surprit car je lui fonçais dedans, mes réflexes amoindris. J’avais couru comme un tarée et je soufflais comme un vache qui a sprinté. Méga glamour.
Puis reprise d’une demi-course effrénée pour nous arrêter devant un arbre. Je compris aisément son idée, mais vu la lenteur de mon cerveau je mis un certain temps à réagir. Je mis mes chaussures à la bouche et entrepris la folle escalade de l’arbre. Lorsque je fus arrivée au premier étage, je me retournais pour aider ma collègue, la hissant des pauvres forces qu’il me restait. Elle m’intima d’un geste de monter plus haut, ce que je fis, en ayant pris soin de planquer mes chaussures dans une grosse touffe de feuille. Plus haut, je trouvais un creux à l’abri des regards.

« Ça te va là ? », murmurais-je, à bout de souffle.

Je m’y installais, me faisant toute menue pour laisser de la place à Taylor. Nous entendions clairement les policiers autour de nous, les lumières balayant plusieurs fois notre cachette, le pied de l’arbre, ses alentours. Je remerciais Taylor d’être si réactive. A sa place, je serais bêtement restée derrière les arbustes, me faisant coffrer comme une débutante. Par contre elle, elle s’y connaissait. Admirable. Nous restâmes assises, le silence devenant vite insupportable. Voulant m’activer légèrement, je pris mon sac et me mis à y fouiller. Un mauvais pressentiment me prit. Je fouillais plus frénétiquement avant de lancer un regard complètement paniqué à ma nouvelle amie. Je sortais mon petit sachet plastique où il ne restait plus qu’une tête alors que j’en avais une bonne quinzaine… Je savais pertinemment que nous n’en avions consommé qu’une sixaine.

« Taylor … La weed a disparu. »


Nous avions laissé une trace derrière nous et pas des moindre. J’espérais seulement que ça ne serait pas le coup du petit poucet qui permettrait au poulailler de nous attraper. J’espérais sincèrement qu’elle s’était renversée lorsque nous avions tout empaqueté dans la précipitation.

« Putain. Plus bordélique moi tu crèves. Je suis désolée Taylor… »


Toute joie avait disparu. Seul restait la tension.
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Ven 25 Juin - 23:44

Mon visage changea en un temps records. Passant de l’hilarité à la catastrophe. Toute sa beuh… Elle en avait paumé tellement. Je n’aurais jamais pu être plus distraire qu’elle, mon herbe je la gardais précieusement. C’était tellement cher que d’en perdre la moindre tête, j’en pleurais.

- Merde, merde, merde…

J’avais envie de secouer Calliope comme un prunier, lui hurlait que nous étions fichues ! Elle ne risquait rien, ce ne serait certainement que la première fois qu’elle se ferait coffrer. Mais moi mon casier judiciaire était assez important, si je me faisais reprendre, on ne m’en laisserait pas m’en tirer facilement. Je laissais échapper un soupir, en effet la tension était à son plus haut point, Calliope prenait soin de se taire, s’étant rendue compte de sa gaffe. Je tentais de calmer le sang qui tambourinait dans ma tête, la colère m’ayant envahie pendant quelques brèves minutes. Je me calme petit à petit mais soudainement, la terreur m’envahit.
J’entends un jappement brusque et je reconnais parfaitement ce son.

- Merde Calliope… Ils ont un chien. Il va nous pister.

Et ce chien était réellement capable de nous retrouver. J’en étais parfaitement consciente. L’animal reniflait au sol, les flics avaient du retrouver les têtes d’herbe par terre. L’adrénaline monta une fois de plus en moi, accélérant ma capacité à réfléchir. Je savais que c’était le meilleur moment pour trouver une solution. Et je trouvais…
Fouillant dans mon sac à toute vitesse, retournant parfum, portable, mouchoirs, … Je trouvais enfin ce que je cherchais. Ma bombe au poivre. Une arme utile dans cette ville, il suffit d’une pression dessus et vous pouvez aveugler momentanément votre agresseur. Je me tourne brusquement vers Calliope.

- Reste là.

N’attendant pas sa réponse, je descends quelques branches, me rapprochant au maximum du sol mais restant sur mon perchoir. Et là je vois arriver le berger allemand à toute vitesse. Il est seul mais ses aboiements ne tarderont pas à alerter ses maîtres. Ils s’approchent et sautent vers moi mais je suis à une trop grande hauteur pour lui. Il aboie de toutes ses forces, j’entends les flics qui commencent à courir dans notre direction. Je tends la main vers le chien, rapprochant mon spray près de son nez. Une petite pression et l’animal arrête tout de suite d’aboyer. Il s’abat sur le sol, éternuant à plusieurs reprises. Désorienté, il va dans une autre direction, nous oubliant moi et Calliope.
Avec un sourire, je remonte dans l’arbre, fière de mon coup. Je lance un clin d’œil à mon amie.

- Et voilà comment on dompte la bête !

Un rire s’échappe de mon lèvre tandis que j’entends un flic qui cherche après le gentil toutou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Lun 5 Juil - 14:58

Calliope t’es une pure imbécile. Calliope tu mérites la potence. Calliope va te cacher. Putain Calliope.
Ma seule envie sur l’instant était de m’enfuir tellement je me sentais imbécile. Stupide. Bête. Une vraie dinde. Je sentais la colère de Taylor vibrer dans l’air. Et ce fut le fatidique « Ils ont un chien ».
Je la regardais, complètement paniquée, me demandant quel serait notre destin, aussi funeste soit-il. Je me rendais compte que pour Taylor, si elle se faisait coffrer, ce ne serait pas une partie de plaisir et qu’elle avait déjà quelques affinités négatives avec la fliquailles dublinoises. Je la regardais fouiller frénétiquement ses poches d’où elle sortit une bombe au poivre.
Leste comme un singe, elle se balança au dessus du vide pour massacrer le sale cabot qui ne faisait qu’aboyer pour interpeller ses maîtres. Taylor revint fière de son coup et j’eu envie de rire. Rire à cause de nos conneries, rire pour évacuer la pression.

« Je suis trop désolée Taylor, lâchais-je entre deux hoquets de rire. Je ferais plus attention la prochaine fois ! »

Nous regardions les policiers parler avec leur chien complètement déboussolés.

« Dis, faudrait peut-être se barrer… »


L’effet des drogues s’estompait petit à petit, mais j’appréciais la compagnie de Taylor et j’avais fortement envie de la revoir. Alors au lieu de se faire prendre nous devrions prendre nos jambes à notre cou et courir comme si le Diable nous poursuivait.


[ très court. Désolée panne d’inspi … ]
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Greene

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste peintre

MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Jeu 5 Aoû - 18:13

C’était incroyable. Nous venions d’être dans une situation, plus que délicate, et voilà que nous rigolions à tue-tête, tentant d’être les plus discrètes possibles, conscientes de la présence des policiers. Plus le temps passait, plus je me prenais d’affection pour cette jeune fille, … Quel âge avait-elle ? Elle devait avoir la vingtaine comme moi. En tout cas, une chose était sûre, je verrais encore Calliope, ce n’était pas notre dernière aventure de droguée ! Elle était rigolote, sociable, défoncée, … Tout à fait le genre de copine dont j’aurais bien besoin ! Mon sourire s’élargit à ses excuses.

- Ne t’inquiète pas ! L’erreur est humaine…

Je suivis le regard de Calliope et étouffa un rire en voyant le chien qui pleurnichait devant son maître flic. Le pauvre, il se souviendrait toute sa vie de ce triomphal coup de déodorant.

- T’as raison, je n’ai pas envie de risquer de me faire mordre les fesses une fois de plus par ce berger allemand ! m’exclamai-je.

Nos esprits reprirent leur clarté et la drogue s’évapora peu à peu. Nous descendions avec agilité, beaucoup plus conscientes de nos gestes que lorsque nous étions montée, totalement droguées. N’empêche que cela faisait des souvenirs. Même si j’avoue avoir eu peur pour ma peau, je savais parfaitement qu’un nouveau tour chez les flics ne serait pas bon signe pour moi. Valait mieux que je me tienne à distance ! Descendue de l’arbre, je jetais un coup d’œil de chaque côté puis fit un signe à Calliope. Elle atterrit avec souplesse à mes côtés et je lui fis signe de me suivre. Après avoir été sûre que nous étions pas à proximité de flics, nous sortions du parc avec précipitation, toutes les deux impatientes de sortir de ce merdier.

- Ouf ! On l’a échappé belle !

Je ris une fois de plus puis me tourna vers elle.

- Je ne sais pas ce que tu fais, si tu as prévu quelque chose… Mais je vais bientôt rentrer chez moi ! En tout cas, une chose est sûre, Calli… Je veux qu’on se revoit ! Histoire qu’on se défonce à deux, c’est mieux que quand je suis seule ! Mais la prochaine fois, on ne viendra pas dans ce parc ! Si jamais tu veux passer à mon appartement, t’es toujours la bienvenue !

Je sortis un petit papier de mon sac et un bic. Après avoir écrit sur le papier, je le tendis à Calliope.

- Voilà mon adresse et mon numéro de portable… N’hésite pas à me contacter si t’as besoin d’un moment de détente !

[T’inquiète, la prochaine fois, on prévoira mieux notre sujet ! =) A propos, très bel avatar !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   Jeu 5 Aoû - 21:53

Nous descendions de notre perchoir, lestes comme deux singes pro de l’acrobatie. Mes sandales dans les mains je m’étais tout de même écorchée les paumes. Tant pis. Un petit bobo après une franche rigolade ne faisait pas de mal. Bien sûr, nous avions de nouveau repris un sprint pour sortir de ce parc maudit et discuter tranquillement loin des oreilles des poupoules. Nous papotions comme deux vieilles copines, remémorant nos quatre cent coups jusqu’à ce que l’heure nous sépare.

- Pour ce soir, j’ai eu mon lot d’aventure. Donc rentrer chez moi et me jeter dans un bain ça me suffira laaaaaaaaaaaaaaaaaaaarrrrgement !

Les paroles de Taylor me firent plaisir. J’avais réussi à me faire une copine que j’espérais vite compter parmi mes grandes amies ! Cette jeune brune était une vraie rigolote, pas très nette mais vraiment d’agréable compagnie. En même temps qui était net dans mon entourage ? Pas grand monde à commencer par moi … Elle me refila son adresse et son portable que je rentrais rapidement sur mon smartphone, avant de plier soigneusement le papier qu’elle m’avait tendu et le glisser dans mon soutif. Je remis mes chaussures et lui souris lorsque je me redressais.

- T’inquiète je te contacterais au plus vite ! Pas de soucis Taylor ! C’était tellement drôle alors comment ne pas vouloir recommencer ?!


Je la bippais en même temps pour qu’elle ait mon numéro (génération high-tech hahaha) ainsi que ma carte de visite. Je lui précisais qu’elle pouvait aussi se pointer à n’importe quelle heure chez moi jour ou nuit, matin ou soir, semaine ou week-end.

- Même si bon je t’avoue que je traine souvent en ville. Rester chez moi toute seule ça m’angoisse à fond.

Je m’avançais et pris Taylor dans mes bras. Je lui fis un gros bisou sonore sur la joue et reculais.

- Par contre faut pas zapper la case douche hein parce que je crois que si on se dépêche pas on va de nouveau se faire pister comme la merde attire les mouches.

Mon humour idiot reprenait le dessus. Il était temps de couper court à ce moment. Les meilleurs moments sont toujours les plus courts. Je soupirais, un peu triste.

- Bon Taylor, à bientôt ! Et porte toi bien jusque là !


Je tournais les talons après un dernier au revoir et partais le cœur léger, vers ma maison. Et à pied.


[ Voilà . Sujet fini je suppose =) A bientôt hein ! Et merci pour le compliment. Je préfère aussi ton nouveau =’) ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'abri des regars [Calliope]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'abri des regars [Calliope]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Calliope Ningyo [Fiche Technique]
» Galerie de Calliope
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: Northside :: Johnstown Park-
Sauter vers: