AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexia M. Henley
▌Bitchy nymphomaniac •
Caught in a bad romance.
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Présentatrice du Who are they et chieuse professionnelle

MessageSujet: She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]   Dim 14 Mar - 0:09


So I simply couldn't be bad
Yes, my heart belongs to Daddy


    La vie reprenait son court, doucement. Lexia était rentrée deux jours plus tôt de vacances, les valises toujours ouvertes au pied de son pied, la flemmardise de les défaire. Elle repoussait au maximum le moment où elle devrait à nouveau ranger ses vêtements dans son placard, allant jusqu’à vouloir demander à Emrys de le faire à sa place. Mais bon, elle s’est promis d’être un peu moins tortionnaire avec lui et se tenait à cette idée. Plus ou moins bien. Elle pourrait toujours lui demander de l’aide pour aligner ses chaussures dans le bas de son armoire, après tout.
    Ainsi, dès son retour sur le sol londonien et pluvieux, elle avait préféré aller s’enfermer dans les boutiques avec Joylee puis Alice, faisant soldes avec l’une, achats de Saint-Valentin avec l’autre. Revoir ses amies lui avait fait un bien fou, plus qu’elle ne l’aurait cru. Mais le mieux avait été de retrouver son père. A peine un pied posé dans l’entrée de la villa, valises en mains, lunettes de soleil sur le nez, elle avait senti un poids se soulever de ses épaules. Dans un petit soupir, elle avait souri, alors que George déviait le regard de sa précieuse télévision pour la saluer. Enfin, elle était de retour chez elle.

    Elle ne s’était pas attendue à des effusions de sentiments, à voir George se lever d’un bond de son canapé pour la prendre dans ses bras en lui disant à quel point elle lui avait manqué. Tout simplement parce que ce n’était pas leur genre, à aucun des deux. Mais elle était heureuse de le revoir, tout de même. Elle n’arrivait à passer trop de temps loin de lui, sans pouvoir se l’expliquer. Et, au regard de son père se posant sur elle à cet instant, elle avait lu en lui que cela était réciproque. Mais tous deux étaient bien trop fiers pour l’avouer, bien entendu. Elle s’était contentée d’une bise sur sa joue rugueuse et mal rasée, ainsi que d’un petit « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». La vie avait repris son cours dans la villa Henley.
    Ainsi, ce matin là, en se levant, la brunette avait décidé qu’il s’agirait d’une journée typiquement Lexia. Elle s’était levée paresseusement, retrouvant le chaton d’Emrys dormant au pied de son lit. Hum, normal ? Elle avait pourtant été sure de bien fermé la porte, en allant se coucher… Elle caressa donc rapidement la boule de poils avant de réellement se lever, se dirigeant vers la salle de bain adjacente à sa chambre. Une douche et de nombreux soins typiquement féminins plus tard, elle s’était retrouvée, enroulée dans une serviette et plantée devant son armoire, à devoir choisir que porter. Au bout d’une longue réflexion, elle avait opté pour une robe tunique violette, porté par-dessus un leggings blanc et ses bottes adorées. Parfait.
    Elle descendit alors jusqu’à la cuisine, où se trouvait George, tasse de thé à la main. Comme à son habitude, Lexia lui donna un petit coup de coude en guise de bonjour, avant de se sortir elle-même une tasse et un petit sachet de thé. Une fois le petit déjeuner englouti, et sans demander son reste, elle s’habilla chaudement pour sortir, claquant la porte d’entrée derrière elle.

    Toute la matinée durant, elle erra dans les petites rues de Camden Town, ravie de retrouver son quartier chéri. Elle allait de boutique en boutique, d’échoppe en échoppe, achetant babioles et vêtements à bas prix. Finalement, elle se rendit dans les marchés couverts. L’odeur exquise des différents stands de nourriture exotique lui titillait les papilles, donnant envie de tout dévorer. Un seul et unique thé ne lui remplissait pas vraiment l’estomac, après tout.
    Elle craqua donc pour des pâtisseries chinoises, qu’elle grignota en continuant son chemin, s’arrêtant dans une boutique de vinyls, craquant pour un collier artisanal. Elle continua ainsi son petit tour, jusqu’à se rendre compte que l’heure du repas approchait à grand pas. Elle se doutait bien que son père n’avait rien prévu à manger et l’idée de cuisiner quelque chose elle-même ne l’enchantait guère. Elle retourna donc dans le coin des nourritures, histoire de choisir de quoi leurs ventres allaient se remplir pour midi.

    - Mademoiselle Henley ! Mademoiselle Henley ! Vous êtes au courant ? Regardez !

    Surprise d’être ainsi interpellée, Lexia s’approcha de la petite femme – une chinoise, apparemment – qui lui tendait un magasine. La jeune femme le prit, ses yeux s’ouvrant comme des soucoupes à la simple vision de la première page. Un magasin people, bien entendu. Avec elle en première de couverture. « Lexia, mariée et enceinte. A quand le labrador ? ». Ok, c’était quoi le délire ? Personne, si ce n’était les meilleures amies de Lexia, n’était au courant de la virée à Vegas avec Apollon. Et enceinte ?! Dou Jésus, heureusement que non.
    Elle s’empressa alors de sortir son portable, pour envoyer un message à son père. Elle avait beau être sur le point de rentrer, on ne savait jamais. Il était friand de presse à scandale, le bougre. Se qui se retournait bien souvent contre Lexia, la plupart du temps. Maudite était sa célébrité. Plus maudit encore était la réponse que George lui offrit. Cool, il faisait dans l’humour morbide, maintenant ?
    Elle se hâta donc d’acheter deux repas thaïlandais, avant de reprendre la direction de la villa Henley, les bras beaucoup plus chargés qu’à l’allée. Ainsi, elle dut batailler ferme devant la porte d’entrée pour vaincre la poignée et ainsi rentrer chez elle, mais sortit victorieuse de ce combat. Elle posa alors ses nombreux paquets sur la table de la salle à manger, vêtement et autres conneries d’un côté, bouffe de l’autre.

    - Soupe de poulet à la coco, brochettes de bœuf, riz au jasmin. Dépêche-toi, ça m’a pas l’air bien chaud. Et j’ai pris des p’tits gâteaux marocains pour le thé de cet après-midi. Ca fait un moment qu’on ne l’a plus fait à la menthe, tu ne trouves pas ?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    « Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien. » Et alors il s’est passé quelques choses, je me suis laissé aller, dans un total oubli de moi même envahi par la nuit le silence et la plénitude. J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était cela la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur George Henley
Fondateur
e=mc²

avatar


MessageSujet: Re: She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]   Dim 14 Mar - 0:11

Satané camion de poubelles, si on ne pouvait plus profiter de sa semi retraite avancée sans se retrouver affublé d'un bruit immonde dès le matin autant aller lancer quelques craies sur une sommes d'ado boutonneuses et sous douées en métaphysique, c'est bien plus divertissant, somme toutes, on ne peux pas dire que la secrétaire du bureau de science à l'étage soit foncièrement désagréable à regarder, et puis elle n'oublie jamais mon café, pas comme ce sale ado toujours au lit à plus de dix heures de la matinée. J'ai bien envie de râler, d'aller le lever et de le coller devant deux trois exos de maths bien corsés. Il ne fou rien, et je me demande encore parfois comment j'ai pu engendrer un feignant pareil.

« EMRYS DEBOUT ! » Pas de réponse. Il me le payera. Je ne suis pas contre les heures supplémentaires si c'est pour le faire bosser jusqu'à minuit et demi. Sa moyenne remontera, parole d'Henley, il a déjà bien de la chance que je ne puisse pas me permettre de le scolariser au lycée, une année de levé à six heures couché à 22heures, ne lui aurait pas fait de mal. Tant pis, il y a Bones, ca sera sa fête plus tard. J'ai le temps, beaucoup de temps. Lexia est rentrée, ca faisait un petit moment qu'on l'avait pas vu celle là, toujours collée a son MacNeil. Ce petit con prétentieux, élément perturbateur d'une vie qui aurait pu être parfaite, si il n'étais pas venu l'entraver avec sa connerie. Et Lexia avait épousé cette chose, épousé MacNeil. M'y résoudre restait douloureux, et cela même si je l'avais appris sur un blog d'ado qui a la flemme de réviser convenablement ses partiels.

La suite de la journée fut aussi intéressante que le début. Emrys était finalement débout et sorti, Lexia en plein Shopping et moi toujours devant Bones, quel triste vie. Comme à mon habitude dans des moment d'emmerdement le plus total, j'allume mon pc, blasé feuillant quelques blogs, d'ado, facebook et presse et actualités de Lexia. Et là c'est le drame, le drame de ma vie, non seulement j'apprend que ma fille est mariée à MacNeil, mais enceinte par dessus le marché. L'agression par sms me connait, je lui envoie un texto salé et nous finissons par convenir d'un dîner tai. Apparement elle ne serait pas enceinte, qu'importe. Je suis fatiguée de voir sa vie changer sans que je n'ai ne serais-ce que le temps d'analyser la situation

Vie de merde, MacNeil allait me le payer a chaque repas de Noël ou de pâque, il s'étoufferait avec la dinde, il pouvait en être sur. La fille prodigue finit par rentrer les bras chargés d'un repas Thaïlandais, ce qui était prévu au final. Je reste froid, je ne vais pas non plus l'accueillir comme d'habitude alors qu'elle ne fait que me contrarier. L'énumération du repas du soir, n'y change rien.

« Lexia, il faut qu'on parle. » Je m'interromps avant de rajouter d'une voix un brin plus froide et cynique. « Tu peux poser ça dans la cuisine, je ne compte pas te virer ce soir. »

Alors qu'elle s'absente sûrement j'éteins la télé, elle m'abrutis. Je balance la télécomande sur la table basse, alors que ma fille se trouve déjà là devant moi.

« Sans vouloir te faire l'une de ces crises de jalousie abominable, dont j'ai le secret, je peux savoir ce qui se passe ? Maintenant j'apprend dans la presse que t'es mariée avec ce type que tu fréquente depuis à peine quelques mois? Il est pas très doué en métaphysique, mais pour changer ma fille, en futur desperate housewife, il est plutôt doué. Tu te reconnais dans ce mode de vie franchement Lexia ? Tu te reconnais quand tu te barre à Las Vegas sans prévenir pour te marier avec un type avec qui j'ai déjà beaucoup de mal, sans même qu'on en parle, sans même m'inviter. Je pensais que t'avais un peu plus d'égard pour mon consentement Lexia. »

J'affiche une mine contrariée, et c'est sincère, je ne reconnais plus ma fille, ce n'est plus la même, dans deux jours elle est bien capable de m'annoncer qu'elle se barre de la villa sans le moindre état d'âme, tout va trop vite pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blockquotejustify.forumactif.us
Lexia M. Henley
▌Bitchy nymphomaniac •
Caught in a bad romance.
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Présentatrice du Who are they et chieuse professionnelle

MessageSujet: Re: She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]   Dim 14 Mar - 0:26

« Lexia, il faut qu’on parle ». Youpi, cela commençait bien. Ni son Bones adoré ni la bonne odeur de nourriture n’avaient suffi à adoucir son caractère de chien. Ce qui voulait tout simplement dire qu’elle allait souffrir, et rapidement. Lexia s’arrêta donc dans ses mouvements de déballages de courses, regard paniqué vers son père. Elle avait beau être majeure et vaccinée, elle n’en restait pas moins une fillette apeurée lorsqu’il grondait ainsi ses paroles. Léger mordillement de lèvre, regard empli de question, elle en reculerait presque d’un pas, si seulement sa fierté lui avait fait défaut. Mais elle restait sur place, immobile, attendant avec crainte la suite des événements. George dut le comprendre, car il ajouta une phrase de son cru, dont le cynisme flagrant claquait à chaque mot, regard de braise en prime. Elle se hâta donc de lui obéir, silencieuse pour une fois, se dépêchant de prendre ses sachets avec elle.
Arrivée dans la cuisine, elle mit l’ensemble du repas au frigo, ignorant son estomac qui lui criait famine. Mieux valait penser à se nourrir plus tard, bien plus tard, vu la tournure que prenaient les événements. Elle se contenta donc de prendre un verre dans le placard, attrapant au passage la bouteille de soda qui trônait sur le meuble de cuisine, avant de retourner au salon. Elle remarqua immédiatement qu’il avait éteint la télévision, préférant sans doute ne pas être perturbé par la douce voix de sa Emily Deschanel adorée. Encore un signe de mauvais augure pour Lexia, qui commençait légèrement à ne plus savoir où se mettre. Si la confrontation était inévitable, ce n’était pas pour autant qu’elle l’avait attendue avec impatience. Son père était bien la seule personne au monde après de qui elle n’aimait pas se frotter, après tout. Elle était sure de perdre ce combat, quoi qu’il puisse arriver.

Dans un soupir découragé, elle ouvrit la bouteille pour s’en servir un verre, portant celui-ci à ses lèvres alors que George se mettait à parler. Sans doute cela avait été une mauvaise idée – boire et l’écouter en même temps – car elle ne put s’empêcher de s’étrangler avec sa boisson, toussotant avec bruit pour reprendre son souffle, yeux agrandis par la surprise. D’accord, et depuis quand tout le monde était au courant de ce mariage raté et pathétique de Las Vegas ? Il fallait vraiment qu’elle se mette à suivre d’un peu plus près les nombreux blogs que lisait son père, histoire de ne plus être prise au dépourvu dans le futur. Nouveau soupir, long et bruyant, comme pour se donner un peu plus de courage.

- Daddy…

D’accord, ce n’était pas la meilleure réplique que l’on pouvait trouver, surtout agrémenté d’un passage de main dans les cheveux, comme cela. Elle alla même jusqu’à détourner le regard, ne supportant plus d’affronter le sien.

- Et pourquoi, pour une fois dans ma vie, je n’aurais pas le droit de sortir avec quelqu’un qui n’est pas parfait à tes yeux, dis moi ? Pourquoi il faudrait toujours que je ne sorte qu’avec des fils de bonne famille, costard-cravate obligatoire et pedigree de trois kilomètres ? Désolée mais je ne peux pas fréquenter que des mecs comme Edward pendant toute ma vie ! Tu comptes faire quoi ? M’interdire de le voir, me priver de sortie comme une gamine de quatorze ans ?

Elle replongea alors son regard dans les yeux bleus et furieux de son père, le défiant d’ajouter quelque chose. Bien entendu, elle n’en avait pas fini. Cela serait beaucoup trop simple, comme cela, et cela ne pouvait que mener à une dispute qui ferait trembler chaque mur de la maison.

- Ok, ce mariage était une erreur, je l’avoue. Mais tu penses vraiment que je vais me transformer en parfaite petite femme au foyer du jour au lendemain, avec le labrador, le monospace et toute la tripotée de mioches ? Tu me connais aussi mal que cela ?

Son regard s’emplissait de douleur alors qu’elle parlait, qu’elle se rendait compte de l’image que pouvait se faire son père à son propos.

- C’est trop simple de dire « J’aime pas MacNeil ». Okay, il a merdé à Noël, okay, il a pas notre cynisme, okay, il fait parlait de lui dans les journaux et pas uniquement en bien. Mais tu ne peux pas te contenter de ce genre d’arguments quand on sait tous les deux qu’il y a plus que cela. Pourquoi tu ne me dis pas simplement que tu es jaloux comme un tigre et que tu as peur de me perdre, hein ? Ne me demande simplement pas de choisir entre lui et toi. Parce que je ne ferais aucun choix.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    « Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien. » Et alors il s’est passé quelques choses, je me suis laissé aller, dans un total oubli de moi même envahi par la nuit le silence et la plénitude. J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était cela la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]   

Revenir en haut Aller en bas
 
She's Daddy's little girl [Vieux grincheux]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine
» Vos vieux dessins!
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: Dublin Four :: Logements :: Villa Henley-
Sauter vers: