AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 Coloc' girls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiffanie Guillaume
QUEEN T
Future Reine de Dublin

avatar


MessageSujet: Coloc' girls   Mer 16 Juin - 1:32

« Non rien de rien. Non, je ne regrette rien… » Tout allait de pair. La France me manquait et c’est pour cela que je sortais avec un français. Sacha. Notre relation était encore étrange. Nous étions ensemble sans avoir forcément définis notre relation. Relation qui avait commencée au Starbucks avec deux baffes dans la figure. Tant qu’il ne me présentait pas à sa môman, c’était le principal. « Et comment vous êtes vous rencontrés ? » Je lui ai collé deux baffes dans la tronche parce qu’il avait renversé du café sur mon roman. Tu parles d’une explication. Je verrai bien avec lui sur MSN. Nous ne nous étions pas revus depuis le Johnnie Fox’s Pub. Depuis notre premier baiser c’est-à-dire. J’étais enfermée dans la salle de bains, devant le miroir et je pensais à tout cela. Lucy devait surement m’attendre. Nous devions aller au centre commercial aujourd’hui. C’est vrai que depuis que j’avais un galant, je me devais d’être présentable et mes bestioles n’avaient plus à manger. Je songeais à m’acheter un chien. Encore. J’aimais bien les bêtes et j’espère que Sacha et Lucy aussi. Enfin Lucy oui. Elle tolérait mes bestioles et moi je tolérais… sa présence. Je n’aimais pas les gens et les gens ne m’aimaient pas. C’est peut-être pour ça que je n’avais qu’un cochon d’Inde, un lapin, un chat et un chien.

Quand je décidai de sortir de la salle de bain, j’étais coiffée et habillée. Je ne savais pas combien de temps j’étais restée dedans mais un certain moment vu que notre autre colocataire hurlait des insultes en anglais. Sale Irish de merde ! Je ne parlais pas anglais couramment mais quand on m’insulte, je le sais. Comme tout le monde je pense. Que cela soit en Espagnol, Portugais ou encore Néerlandais, tout le monde comprenait les insultes. En plus, elle n’aimait pas les bêtes.

- C’est quoi son problème à l’Irish Coffee, demandai-je à Lucy. Oh puis on s’en fout. Bon on va se le faire ce shopping ?

Sans attendre de réponse, je partis vers le porte-manteau, pris son sac, son manteau et sa main pour nous rendre dehors. Merde, il pleuvait. Je rentrai de nouveau en courant pour prendre un parapluie (et mes clés de voitures). Je devais prendre la voiture du coup puisqu’il pleuvait comme vache qui pisse. En plus la voiture était loin en plus, j’allais être trempé. Je commençai à avoir l’habitude à Dublin. Ville du beau temps. Ha ironie quand tu nous tiens. Je déteste cette putain de ville mais bon, j’avais Lucy et Sacha donc je ne pouvais pas partir comme ça. Déjà partir de Paris était extrêmement difficile puisque j’avais Cécile, et plein d’amis à moi. Mais quand je m’étais rendue compte de certaine choses et que je devais m’aérer l’esprit. Mais j’allais bientôt y retourner pour voir ma mère. Ma pauvre maman qui me manquait tant.

Je montai dans la voiture et essayai de la démarrer. Je n’étais pas trop douée en mécanique et fière d’avoir mon permis, je ne m’étais pas achetée un gros bolide mais songeais à le faire. Après tout, j’aimais les grosses allemandes style BMW. D’ailleurs la Z4 était pas mal. J’avais de l’argent et je vivais en colocation, je pouvais bien m’acheter une belle voiture. Les belles femmes méritaient de conduire des belles voitures. Mon prochain livre sortait dans deux semaines et je devrais bientôt en assurer la promotion comme la plupart des auteurs. Cette histoire me tenait vraiment à cœur et celle que je vivais actuellement avec Sacha m’avait fortement inspiré. J’avais déjà écrit des chapitres entiers mais je n’étais pas prête à les publier.

La musique résonnait dans l’habitacle et nous fûmes prises dans les bouchons. Saloperies ! Je pestai comme d’habitude et tapotai nerveusement sur le volant avec mes doigts. Ils étaient plein d’encre comme d’habitude. J’en avais marre de toutes ces conneries. J’avais besoin de beaucoup de choses aujourd’hui et si cela continuait comme ça, on devra y retourner demain. Mais j’avais un emploi du temps chargé. Mais la chance était de notre côté. Je trouvai une place et nous continuâmes à pied. Sur le chemin, je mis Lucy dans la confidence de mon idylle avec Sacha sans lui dire son nom.

- Au fait, il ne faudra pas que tu t’étonnes si je ne suis pas souvent là. J’ai rencontré quelqu’un récemment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy J. Thompson
Gentille Petite Fille Sage
(ou pas)
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation:

MessageSujet: Re: Coloc' girls   Mer 16 Juin - 2:33

-Tiiiiiffaniiiiie!!!!!

Cela faisait une bonne heure que j'attendais ma colocataire avant de partir faire du shopping. Elle se "remaquillait" et "en avait pour une minute". Bien sur. On y croit. Son chat vint sur mes genoux, un des chats les plus laids et les plus stupides que je n'ai jamais vu. Un Irish Cat quoi. Tout ce qui en Irlande ressemblait plus ou moins a quelque chose de Toulousain était immédiatement désigné comme moche, inutile ou stupide. Et ce chat ressemblait étonnamment au chat de mes parents. Ce qui expliquait mon aversion. Mon autre colocataire, John, Mark ou un prénom anglais dans le même genre arriva dans la cuisine.

-Non mais, Lucy,a quoi tu joue la, il est 14h tu m'a réveillé, crie pas comme ça si tôt!

Insupportable celui là. Tiffanie se sentit concernée par les cris de notre colocataire et sortit de la salle de bain. Finalement elle se rendait peut être compte du temps qu'elle y avait passé! Il se passait quelque chose dans sa vie, et je voulais savoir ce que c'était. Je décidai de profiter de notre virée shopping pour lui en parler.
C'est alors que je la vit taper un sprint attraper nos manteaux et nos sacs et me trainer dehors où il pleuvait, encore. J'avais du mal avec cette pluie constante, moi qui étais habituée au soleil de Toulouse. Question d'habitude à ce qu'il parait! Tiff' me regarda alors et habitée par je ne sais quel esprit fonça dans les escaliers et reparut dix minutes après avec ses clés de voiture et son parapluie. Les avantages d'une colocataire qui a le permis sont vraiment immenses. Ça m'apprendra à ne pas avoir demandé ça pour mes 18 ans tient. Oui, mais ce scoot' était vraiment trop cool!
Tiffanie brancha son IPod sur l'autoradio par un procédé qui me sembla bien compliqué.

-Mais noooon, m'expliqua-t-elle, c'est juste que grâce au câble sur l'allume-cigare, les ondes sont envoyés vers l'autoradio. C'est logique

Oui. Sûrement. Mais je ne vois pas en quoi. Nous arrivions sur l'autoroute. Eh meeerde, des embout'. Si il y a bien deux choses que je déteste en voiture c'est la pluie et les bouchons. Comment mettre Lucy Thompson de mauvaise humeur en 2 leçons. J'allais poser des questions à Tiffanie sur son comportement du moment quand elle me sortit cette phrase inéluctable: J'ai rencontré quelqu'un.

Je la bombardais de questions. Français? Irlandais? Néozélandais? Homme? Femme? Je le connais? Et toutes les interrogations normales dans ce genre de cas.

C'est alors que passa une chanson que je connaissais pas sur son IPod. Je compris vaguement le sujet. Un mec qui veut se faire payer un café par une fille jolie mais con. Génial. Je prit l'IPod pour changer de chanson et je vis le nom de l'artiste "Sacha Page".

-Non Tiff'! Pas TOI! Tu ne peut pas écouter les mêmes conneries de la nouvelle star que ma petite sœur de 13 ans!

Elle eu soudain l'air très gênée et m'expliqua que la musique de son IPod était mise a partir de l'ordinateur familial ou figurait les chansons de sa petite sœur avant de me demander de changer de chanson. Une petite sœur? Tiff'? Peut être après tout c'est vrai qu'elle n'aimait pas beaucoup parler de se famille.

- Au fait, tu sais quoi? Ce Sacha, là! Il est en Irlande. Je l'ai croisé ce matin à la plage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffanie Guillaume
QUEEN T
Future Reine de Dublin

avatar


MessageSujet: Re: Coloc' girls   Ven 18 Juin - 1:49

Lucy pestait contre ma musique mais je me fichai éperdument de savoir si elle aimait ma musique ou non. Je prétextai la discographie de ma petite sœur alors que je n’étais que fille unique et changeai de chanson pour mettre Satellite Heart qui était sur BO du film Twilight chapitre 2. Un élan de nostalgie montait en moi et je me remis à penser à Cécile. Cécile, ma meilleure amie, mon ancienne colocataire qui était restée en France. Je ne savais pas si elle allait venir me voir ou non. Je ne m’en fichai pas mais je pensai qu’elle avait d’autre chose à faire que de rester là et de venir me voir. Mes yeux se perdirent dans les océans de verdure, dans la masse de Dublin et je ne tardai pas à apercevoir le contour du centre commercial dublinois. Je ne comprenais pas ce que Lucy faisait ici puisqu’elle n’aimait pas Dublin. Moi non plus, mais je devais dire que j’aimais beaucoup l’atmosphère qui y régnait et je réussissais dans ma vie professionnelle donc je n’avais rien à dire. Quand au niveau amoureux, il était encore trop tôt pour que je sache ce qu’il se passait entre Sacha et moi. D’ailleurs, j’entendis Lucy en parler. Quoi ? Elle savait pour Sacha ? Non, c’est impossible !

- Oui, répondis-je gênée, je le sais. Je l’ai vu… C’est… la personne que j’ai rencontré.

Tu parles d’une coïncidence pour que Ma Lucy tombe sur mon Sacha. Nom de dieu ! Si jamais elle approchait un seul de ses cheveux, je la démontai, je le démontai et je reprenais l’avion. Nom de dieu ! Moi qui voulais que tout cela reste secret. Que personne n’en sache rien. Je commençai à paniquer. Ça y est ! Je paniquai. Mes mains se crispèrent sur le volant, je ne voyais plus rien et je stoppai net la voiture. Surtout que je sortais de l’hôpital, il n’y a pas si longtemps donc je devais apprendre à me calmer peut être ne le prendrait-elle pas mal ?

- Je… j’espère que… enfin que… tu respecteras mon choix.

Je sortis une bouteille d’eau de mon sac et en avalai une gorgée. Nous étions arrivés dans le parking souterrain et je décidai de sortir de la voiture. Une fois dehors, j’inspirai une bouffée d’air frais. Je me sentais vraiment mal et je pensais que je n’avais pas encore totalement récupérée de la dernière fois. J’étais tombée dans les pommes après avoir attrapé froid dehors. Je m’en voulais. Je n’avais pas pensé à prendre un pull et j’étais restée hospitalisée moi qui passais le plus clair de mon temps à fuir les hôpitaux. Je trésaillis et mis mon manteau sur le dos. Je ne voulais pas risquer une pneumonie. Je ne voulais vraiment pas que Sacha ou Lucy me revoit sur un lit d’hosto. Franchement cela ne le faisait pas. « Salut chéri, je suis à l’hosto again. »

- Et toi sinon, demandai-je, est-ce que tu as rencontré quelqu’un ? La prochaine fois, on pourra sortir en boite. Jolie comme tu es, tu devrais t’attirer quelqu’un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy J. Thompson
Gentille Petite Fille Sage
(ou pas)
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation:

MessageSujet: Re: Coloc' girls   Sam 19 Juin - 1:07

Tiffanie et Sacha.
Sacha et Tiffanie.
Je n'arrivais pas à imaginer le couple qu'il pouvait bien former. L’idée que ce mec qui m’était rentré dedans au sens propre du terme pouvait bien sortir avec ma colocataire me déstabilisait. Tiffanie critiquait ces télés crochets stupides autant que moi, et elle sortait avec un mec qui avait fait la Nouvelle Star. La Nouvelle Star ! Ce mec était peut être beau (très beau) mais il s’était fait juger par Lio, et avait prêté attention à son avis ! J’avais vraiment du mal avec cette idée qui ne semblait pas déranger Tiffanie. Peut être était-ce parce qu’elle ne connaissait rien a la musique. Mais qui peut ne pas se rendre compte qu’une fille qui chante « Les brunes ne compte pas pour des prunes » et « Banana Split » ne s’appelle pas encore Aretha Franklin ? A force d’y penser j’avais cette chanson dans la tête « Bananana Bananana Banana Split », du grand art n’est-ce pas !
Je levais la tête et remarquais que nous entrions dans un parking. Tiffanie semblait elle aussi plongée dans ses pensées. Lorsque la voiture s’arrêta je m’extirpais avec difficultés de cet habitacle pour nain. J’avais des grandes jambes et besoin de place dans des voitures un peu plus grandes que cette clio des années 80.
Nous entrâmes alors dans un centre commercial immense, pour moi, toulousaine qui ne connaissais que l’espace Saint Georges, qui lors de sa construction m’avait pourtant semblé atteindre des summums d’espace et de choix de magasins.
Tiffanie semblait décidé à ne plus parler de sa récente histoire de cœur mais je savais que le sujet trottait dans nos deux têtes. Soudain elle me parla de mes amours. Je lui répondis succinctement que je n’avais personne. Ma seule relation avait duré 2 ans, et s’était soldée par un avortement et la disparition pure et simple du mec que j’aimais. Depuis j’avais quelque peu de mal à faire confiance à la gente masculine ce qui me semblait normal… Je n’avouais cependant pas cette partie de mon histoire ,connue que de quelques personnes, à Tiffanie qui me parla d’une soirée en boite que j’acceptais de bon cœur. Nous partîmes donc à la recherche de vêtements mettables pour notre soirée.
Alors que nous étions sur le chemin du retour dans les embouteillages et sous la pluie (grrr) je lui posais la question qui me trottait dans la tête depuis ses révélations du matin.
« Comment vous vous êtes rencontrés en fait avec Sacha ? »


Dernière édition par Lucy Thompson le Sam 10 Juil - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffanie Guillaume
QUEEN T
Future Reine de Dublin

avatar


MessageSujet: Re: Coloc' girls   Sam 17 Juil - 21:04

Je savais que Lucy était déstabilisée. Je savais qu’elle avait du mal à se remettre de cette révélation mais comment lui cacher ? Elle était ma colocataire, ma meilleure amie, la fille que j’appréciai le plus dans cette ville de merde qu’était Dublin. Je haissais la pluie, la bière et autre. Paris me manquait. J’étais nostalgique, très nostalgique et pourtant je ne pouvais pas repartir à Paris et laisser Sacha tout seul, ainsi que Lucy. Quand on est amoureuse, on ne sait pas trop quoi faire et c’était précisément mon idée. Je ne savais pas vraiment si c’était de l’amour mais Sacha me plaisait beaucoup et je savais que je lui plaisais. « Personne mais on devrait sortir quand même pour aller voir Sacha en concert comme ça, vous pourriez faire plus amples connaissances. Bien entendu, tu ne me piqueras pas mon mec hein! Sinon, je n’hésiterai pas à te casser la gueule ma chère amie. » J’avais dit ça sur le ton de la plaisanterie avant de monter au magasin d’animaux. Je voulais un nouvel animal. Je voulais un cochon d’inde. Un putain de cochon d’inde et pourtant, j’avais déjà tant de bestioles. Les bestioles étaient ma vie et je ne pouvais pas concevoir ma vie sans. Chez mes parents, j’avais eu trois chiens et un chat. Je me souviens encore de la tête de ma mère quand je lui avais annoncé que je quittais la France. Bien entendu, elle voulait que je revienne mais je ne voulais pas. Je ne voulais pas revenir en France sauf si jamais je décidai de partir sur un coup de tête. J’avais dit à Lucy que j’avais rencontré Sacha sur un coup de tête. Je lui avais quand même mis deux baffes. Mais il avait renversé son café sur mes feuilles. « En fait, on se connait depuis Paris. Je ne t’ai jamais raconté Paris ? Comment c’était ? Ce que j’ai vécu là-haut ? Nous sommes allés au Gibus pour le voir en concert et puis peu de temps après, je suis partie à Dublin. Pis, il n’y a pas longtemps en fait, je l’ai retrouvé au Starbucks et lui ai mis deux baffes dans la figure. Comme tu le vois, je ne suis pas toujours gentille avec tout le monde mais que veux-tu ? Je suis comme ça et on ne me changera pas. Sinon, je prends quoi comme couleur pour mon cochon d’inde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy J. Thompson
Gentille Petite Fille Sage
(ou pas)
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation:

MessageSujet: Re: Coloc' girls   Lun 19 Juil - 1:30

Nous étions dans la voiture de Tiffanie. A l'arrière nous entendions le bruit de ses deux cochons d'Inde. En effet, après avoir longuement hésité entre un gris et un noir, ma colocataire avait décidé de prendre les deux fin de couper court au discussions. Les animaux étaient en quelque sorte sa façon de résister à son expatriation à Dublin. Mais notre appartement commençait à ressembler à une ménagerie dont on pourrait faire payer l'entrée comme pour un zoo. Ce serait un bon business. Au moins ces maudits animaux auraient une utilité. Trois cochons d'Inde, deux chats et trois souris dont une s'appelait Lulu en mon honneur, c'était tous les animaux que nous avait ramené Tiff. "Lovely" comme disaient les Irlandais. Les animaux ne me dérangeaient pas, malgré mes réflexions négatives. Ils me rappelaient trop ma jument, mes deux chiens et mes trois chats de Toulouse et cela me donnait le mal du pays. Je rêvais de remonter à cheval et de faire venir Naïta, ma jument, ici à Dublin. Je savais cependant que c'était impossible, à cause des prix de transport et de pension. Ma jument était donc restée dans notre pré et ma meilleure amie, Justine la montait régulièrement. Je souffrais de cet "exil" qui durait depuis maintenant un mois et je ne m'acclimatais pas à L'Irlande. Malgré l'amitié qui me liait à Tiffanie, j'avais du mal à m'intégrer.

J'entendis Tiffanie parler d'un concert de Sacha où nous pourrions nous rendre ensemble. Parfait. Il me devait bien 10€ avec le nombre de fois où, se croyant discrète, ma sœur m'avait pris mon portable pour voter pour lui! En plus je devais lui demander un autographe pour ma sœur (RI-DI-CULE) à qui j'avais raconté notre rencontre pour la narguer et qui depuis me harceler pour un fichu bout de papier. Enfin ce concert me permettrais de mettre au point certaines choses avec ce garçon car Tiffanie avait l'air amoureuse et en tant qu'amie, je me devais de vérifier l'honnêteté de ce type en les voyant ensemble car il était toujours possible qu'il se serve d'elle. Ma méfiance envers les hommes ne s'effacerait jamais. Ma sœur m'avait montré des photos du bassiste de Sacha qui était apparemment très mignon et qui n'avait pas fait la Nouvelle Star, une autre bonne raison de se rendre à ce concert.

Alors que j'essayais de retrouver le nom de ce mec, j'entendis que Tiff avait mis deux claques à Sacha au milieu du Starbuck's. Cela me faisait en fait beaucoup rire mais c'était assez surprenant qu'après une première rencontre de ce genre, ils soient ensemble. J'avais testé une fois le coup de la baffe et j'avais alors écopé de la réputation de "violente". Décidément Dublin commençait à me plaire.

Sans pouvoir l'expliquer je ne sentais pas leur relation, j'avais l'impression qu'elle ne se solderais par des cris et des pleurs et ça ne me plaisais pas tellement. Je n'avais pas encore osé parler à mon amie de la durée de leur relation.

" Dis, toi et Sacha, c'est du sérieux?"

Le silence résonnait dans l'habitacle et je regrettais aussitôt cette question.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffanie Guillaume
QUEEN T
Future Reine de Dublin

avatar


MessageSujet: Re: Coloc' girls   Lun 19 Juil - 2:17

Sa façon de s’inquiéter de tout était pour le moins intéressante. Je savais qu’elle était toujours méfiante au niveau des amours et elle avait raison. J’étais exactement pareille et même si aux yeux de mon amie je pouvais paraitre amoureuse de Sacha mais je ne savais même pas moi-même si j’aimais ce type. Il était gentil, mignon et tout mais tout ça était encore trop nouveau pour que je puisse qualifier ma relation avec Sacha de sérieuse. Je pouffai. Je disais que j’avais « rencontrée quelqu’un » pas que je sortais avec. La naiveté de Lucy me frappait et je ne pouvais pas aller à son encontre. Après tout, elle était mon amie et je me devais de la ménager. Mais lui faire croire que Sacha Page et moi formions un couple. Là, j’éclatai d’un franc rire qui se voulait moqueur. Ce n’était pas de ma faute. J’entendis un cochon d’inde hurler et je vis aussi que nous allions tomber dans les embouteillages. Sans franchement y réfléchir, je décidai d’éluder la question. « Nom de dieu, encore des embouteillages. » Mon portable sonna et je vis que j’avais un texto. De Sacha justement. Et merde! « Rendez-vous au Johnny Fox’s Pub pour un concert, je vous aime tous. » Ah c’était un de ses messages pilotes. Je voulais aller le voir seule au premier abord, histoire de préparer le terrain. Comment pourrais-je dire ça à Lucy ? Elle allait se vexer et je sentais qu’elle n’aimait pas Sacha. Elle n’aimait pas beaucoup de monde à vrai dire. Moi j’essayai de me sociabiliser le plus possible mais comment dire… ça n’était pas une tâche facile. Je ne trainai qu’avec de nombreux boulets et j’avais de plus en plus de mal dans cette ville.

Je décidai de contourner les embouteillages afin que nous soyons rentré chez nous pour le diner. J’en avais marre de la ville, la population et je voulais rentrer pour regarder Secret Story sur une chaine câblée. Heureusement que j’avais le câble car même sur mon iPhone, je ne captai que ces stupides chaines dublinoises. J’espérai que notre colocataire complètement cinglé, percé et tatoué avec des dreadlocks avait pensé à régler la facture sinon on se retrouverait sans télévision. « Dis moi Lulu est-ce que l’autre cinglé a payé le câble ? Parce que franchement si je loupe une émission de Secret Story, je le bute tu comprends. Je lui fous ma machine à écrire sur la gueule. Mais tiens regardes le, dis-je en apercevant notre colocataire dans la rue, attends mais qu’est-ce qui fais ? » En vitesse, je garai la voiture et je descendis telle une furie. « Attends mais tu fais quoi là ? » Le pauvre mec bafouillait qu’il nous achetait un extra pour ce soir. « Attends, c’est l’argent du câble, c’est ça ? » Je m’énervai de plus en plus. Je le poussai contre le mur et lui piquai l’argent des mains. « Je veux que tu ais fait ta valise, ce soir. T’as une heure! » Ensuite, je me tournai vers Lucy puis refis un demi-tour et lui collai un coup de poing dans la figure. « Là, on peut rentrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy J. Thompson
Gentille Petite Fille Sage
(ou pas)
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation:

MessageSujet: Re: Coloc' girls   Mer 28 Juil - 2:27

J’avais lancé cette question sur un coup de tête et Tiffanie ne semblait pas vouloir y répondre. Elle avait éludé mon interrogation avec une remarque bidon sur les embouteillages. A Dublin, les bouchons, c’est comme la pluie, c’est constant, les remarques à ce sujet sont donc inutiles. Il est plus intéressant et moins fatiguant de signaler une brève apparition du soleil ou embouteillage de seulement 3km. Le portable de Tiff’ vibra. Juste avant qu’elle s’en empare je lut « Sacha » sur l’écran. Quand on parle du loup… Après ma remarque qui avait parut si déplacée je n’osais cependant pas poser de question à ce sujet. A la réflexion je m’étais peut être emballée un peu vite. Tiffanie m’avait dit avoir « rencontré quelqu’un » cela ne signifiait pas forcément une relation amoureuse, mais j’avais remarqué une lueur dans les yeux de Tiff lorsqu’elle parlait de Sacha. Elle ne le savait peut être pas elle-même mais j’en étais convaincue, elle était amoureuse de ce mec ou le serait d’ici un mois.
Tiffanie était décidée à vaincre les bouchons car il y avait Secret Story un quart d’heure plus tard et l’idée d’attendre la rediffusion du lendemain pour savoir si la relation Robin/ Stéphanie avançait, si Julie et Maxime allaient finalement réaliser leur mission et surtout pour connaître les noms des nominés de la semaine lui était impossible. Cependant j’étais presque sur que notre colocataire, dont je ne connaissais toujours pas le nom (Vivre avec quelqu’un que vous ne pouvez pas appeler, c’est horrible, je ne vous le conseille pas), n’avait pas payé le câble. Lorsque c’était lui qui devait s’en charger on avait toujours au moins deux jours sans télé. Alors que nous arrivions vers notre appartement, nous l’aperçûmes en train de parler à voix basse à une personne dans une voiture. Il avait une liasse de billets dans les mains. Mes soupçons se trouvaient donc vérifiés… Ce mec était fou. Faire ça alors qu’il y avait Secret Story, le jour des nominations, il fallait qu’il soit fou. J’avais appris que dans le créneau 18h20-19h (17h50-18h30 le week-end), il ne fallait rien demander à Tiffanie et s’assurer qu’elle avait une télé à sa disposition. C’était une question de survie.
En effet, elle se jeta de la voiture se jeta sur notre colocataire, lui arracha l’argent des mains et commença à le tabasser. Elle frappait sans s’arrêter et l’autre n’en menait pas large. Si elle avait frappé Sacha comme ça, il devait vraiment être trèèèèès gentil pour accepter de sortir avec elle. Au bout de quelques minutes elle se décida à s’arrêter et lui annonça qu’il avait intérêt à quitter l’appart’. Super ! Nous allions devoir trouver un nouveau colocataire car le loyer était trop cher pour seulement deux personnes. Nous allions cependant être débarrassées de ce mec insupportable et c’était une bonne chose. Seulement avec ses conneries, il n’avait pas payé le câble. Je devais donc m’occuper d’urgence de trouver une télé pour Tiffanie histoire de ne pas tout me reprendre dans la figure après !
« Euh Tiff, ça te dirais pas de regarder la rediffusion de Secret exceptionnellement ? »






Spoiler:
 


Dernière édition par Lucy J. Thompson le Ven 13 Aoû - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffanie Guillaume
QUEEN T
Future Reine de Dublin

avatar


MessageSujet: Re: Coloc' girls   Ven 30 Juil - 0:56

J’étais énervée. Je n’aimais pas louper mes feuilletons préférés. Que cela soit Malcolm le midi ou encore Secret Story le soir. Généralement, je ne regardai que trop peu la télévision sachant pertinemment que je devais écrire plutôt que me laisser porter par la mélancolie, devant une émission à la con, en train de m’avaler du chocolat ou de boire de la bière. Lucy essayait de calmer le jeu et je savais qu’elle voudrait un autre colocataire. L’idée ne me plaisait guère, je la regardai donc, furibonde avant de lui lâcher plus que jamais sur les nerfs « Nous n’avons pas besoin d’un nouveau colocataire. Je suis assez riche pour tout payer et même d’engager comme assistante. » Je ne savais pas si elle voulait un emploi ou non, mais j’avais besoin d’un agent pour contrôler mon agenda étant devenue un écrivain célèbre en quelques semaines. L’histoire d’un mourant et d’une infirmière avait séduit tout le monde. Contrariée, je l’écoutai me parler de Secret Story. Regarder la rediffusion. Je n’avais pas le choix, cet abruti n’avait pas payé le câble. Je remontai donc dans la voiture, m’allumant une cigarette pour essayer de me calmer. « Je crois que je n’ai pas le choix Lulu. Mais ne pas voir la frimousse de Robin se faire larguer par Stéphanie me plait moyen. Que dirais-tu d’une bière pour arranger tout ça. Je suis lasse de faire les magasins et j’ai encore une ou deux heures de libres avant ma séance de dédicace. Merde, je ne sais même plus le nom de cette stupide libraire. » Je redémarrai la voiture pour faire quelques mètres en la garant correctement sur le parking. Après avoir tout mis en ordre, je pris mes cochons d’inde et les emmenai dans notre appartement. Notre colocataire était en train de rassembler ses affaires et je le jugeai d’un œil mauvais. Sale voleur, imbécile d’irlandais. Soudain, je le vis prendre le lecteur DVD; « Non mais ça ne va pas! » Il me prétexta que c’était le sien or je me souvenais très bien de quand et où j’avais acheté cette appareil. Je lui remis une gifle dans la figure avant de lui hurler dessus que c’était le mien. « GET OUT! NOW! » Je le pris par le col en lui mettant des coups de pied aux fesses. Franchement, j’en avais plus qu’assez de tout ça. Je grinçai des dents. Ensuite en revenant dans l’appartement, je pris une bière et la décapsulai. Je pouvais vraiment faire peur des fois et je savais que Lucy pensait la même chose. « Nous voilà toutes les deux. Tu veux faire quoi ce soir ? Aller au resto ? Au ciné ? Ou voir un concert au Johnny Fox’s Pub ? Tu viendras me chercher à la sortie de la libraire et nous irons danser ou faire je ne sais quoi. » J’avais envie de sortir, d’aller draguer et de me sentir puissante. Après tout, je n’étais qu’une femme et j’étais libre de mes choix. Sacha et moi n’étions pas encore ensembles et passer la nuit seule en attendant son retour me plaisait moyen. Je choisis donc de m’asseoir devant la télé pour mettre un DVD en attendant que le temps passe et que Lucy relance un sujet de conversation. « Qu’est-ce qu’on se fait chier à Dublin quand même! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucy J. Thompson
Gentille Petite Fille Sage
(ou pas)
avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation:

MessageSujet: Re: Coloc' girls   Ven 13 Aoû - 17:53

Tiffanie était manifestement décidée à ne pas prendre d’autre colocataire. Cela signifiait que j’allais devoir assez rapidement me trouver un job, chose que j’aurais déjà du faire depuis longtemps. Ne connaissant cependant pas très bien Dublin je n’avais strictement aucune idée de la façon dont je pourrais m’y prendre. Je me devais cependant d’avouer que l’idée de ne plus avoir d’irlandais bizarre dans l’appart’ me faisais plutôt plaisir.
Nous rentrâmes dans notre chère demeure et vîmes notre ex-colocataire prendre le lecteur DVD. Tiff lâcha les cochons d’inde sur la table et lui sauta dessus ! Il pensait en avoir fini avec les baffes mais il reprit une raclée. Tiffanie lui hurla de partir et c’est ce qu’il fit avec un sac à moitié ouvert.
« Bien joué Tiff, on a gagné un mixeur et un lit parce que je ne pense pas qu’il ose revenir un jour avec ce que tu lui as mis. Le pauvre quand même… »
Mais ma colocataire ne semblait pas m’entendre tant elle était énervée à la fois par les baffes qu’elle avait de nouveau distribué et à la fois par l’idée de devoir attendre le lendemain matin pour voir son émission.
Tiffanie me proposa alors de sortir le soir même.
« Ok, ça marche, on se fait ciné/resto. Je viens de chercher à 20h »
A mon grand étonnement elle s’étala sur le canapé et attrapa un DVD au hasard. Je vis alors Tiffanie commencer à regarder Kirikou, film culte de mon enfance que j’avais amené à Dublin pour me remonter le moral car c’est un film qui me faisais rire depuis que j’avais compris (un peu tardivement) que la sorcière ne risquait pas de me tuer. Tiffanie regardait la télé sans la voir et je compris rapidement qu’elle ne comptait pas bouger. Je décidai donc d’éteindre la télé histoire qu’elle ne manque pas sa séance de dédicace à cause d’un dessin animé stupide. Après m’être fait insultée de tous les noms d’oiseaux, je réussis enfin à la faire se lever, à enfiler son manteau et à sortir de la maison. Je décidai de l’accompagner, histoire qu’elle ne se perde pas en route car je sentais bien qu’elle était complètement perdue dans ses pensées. L’idée de la laisser conduire m’inquiétait d’ailleurs un peu mais la librairie était loin et je n’avais pas mon permis. Je n’avais donc pas d’autre choix.
Nous partîmes donc sous la pluie battante (pour changer) et nous arrivâmes à la librairie un quart d’heure plus tard sans incident notable. Durant tout le trajet nous n’avions discuté que de choses inintéressantes, la pluie, la déco de l’appart et commentaires sur les passants que nous voyions passer rapidement sous leur K-ways de toutes les couleurs. Il était 19h30 et Tiffanie avait un quart d’heure de retard. Des fans qui n’avaient pas réussi à entrer dans la boutique pleine à craquer l’attendaient dehors sous la pluie en fumant une cigarette pour essayer de se réchauffer. Son dernier bouquin, sorti deux semaines plus tôt se vendait comme des petits pains et était cité par tous les critiques littéraires que ce soit dans les journaux, à la télé ou à la radio. Son nom était dans toutes les bouches simplement grâce à une histoire improbable mais remarquablement écrite il fallait l’avouer. Elle avait maintenant des séances de dédicaces et des invitations à la télé chaque jour, à tel point qu’elle se trouvait à devoir en refuser pour pouvoir continuer à plancher sur son nouveau bouquin. Quelques fois elle avait même été interpellée dans la rue par des fans qui voulaient une photo avec elle et un autographe. Son arrivée dans la librairie déclencha donc des applaudissements. Quant à moi, je décidai d’aller prendre une bière dans le pub en face en attendant qu’elle en ait fini avec tous ces fans survoltés. Je voyais régulièrement des personnes sortir de la librairie en tenant un livre contre leur cœur comme si c’était leur objet le plus précieux. Près de deux heures plus tard, je vis Tiffanie sortir de la librairie l’ai exténué.
« Eh bah dis moi, tes fans t’aiment ! Alors, on va où? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coloc' girls   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coloc' girls
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» 07. Girls running wild
» Who run the World (girls)
» 01. Girls just wanna have fun !
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: The Center :: Grafton Street-
Sauter vers: