AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Oxford, nous vous accueillons avec plaisir sur ce merveilleux forum, le thé Earl Grey et les speculoos offerts en prime ! • Toute l'équipe de TTR vous souhaite une Très Bonne Année 2011 !• Aidez-nous à faire connaître le forum en votant pour le top ! Cliquez sur les notes de la P.A ! TEAM WESTWICK •

Partagez | 
 

 Une "discussion" enflammée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Une "discussion" enflammée   Mer 17 Mar - 4:08


Que faire quand il pleut en Irlande ? Je pourrai certes aller au pub mais étant donné que je ne suis pas habillée et que j’ai passée toute ma journée à glander, je ne peux pas. Et puis, je crois que Darcy doit passer me voir en fin de soirée. Je souris à cette pensée, en me remémorant l’une de mes nuits avec le bel apollon qu’était Darcy Orwell. D’ailleurs, je m’étonnai encore de savoir que ce jeune homme veuille bien coucher avec moi. On dit souvent que coucher avec un vampire peut-être bénéfique. A vrai dire, je pense que c’est vrai et il ne s’en est jamais plaint. Je me mis à réfléchir en partant dans mon atelier. Un mannequin m’avait commandée une robe de haute couture. J’en avais déjà fait les esquisses, choisis le tissu. Il ne me restait plus que la mise en forme. Cela n’était pas le plus facile étant donné que je n’étais pas une très bonne couturière mais j’avais pris des cours pendant les dernières vacances. Je m’étais rendue en France, auprès des plus grands couturiers pour prendre des cours et on va dire que je ne m’en étais pas trop mal sortie étant donné que j’avais fait la petite chose que j’avais sur le dos.

Armée de nombreuses épingles dans la bouche, des ciseaux placés dans mes cheveux pour les relever, je commençai mon travail. C’était une opération périlleuse mais je pensais pouvoir y arriver sans problème vu que de toute manière, « j’avais des doigts de fée ». Mes doigts de fée se faisaient souvent couper, piquer et tout le reste. Une bonne chose que je cicatrise vite, vu ma pathologie vampirique mais franchement, cela faisait toujours mal sur le coup. J’étais en train de prendre les mensurations quand soudain, je me remis à penser à Noah.

Mon fils que je n’avais jamais vu. J’allais bientôt devoir aller le chercher et j’en étais toute excitée d’avance. Après tout, je n’étais qu’une mère qui avait abandonné son petit. Je n’avais parlé à personne de lui, sauf à Hailey mais je savais que je pouvais lui faire confiance. Normalement le lendemain, je devais voir Ludwig pour lui en toucher deux mots mais cela n’était pas une mince affaire étant donné que je couchais avec son ex, que je commençai à m’attacher à Darcy et que je devrais lui dire tôt ou tard. « Nous pouvons nous afficher au grand jour ». Les paroles de Darcy me revinrent en mémoire mais je ne devais pas le dire à Ludwig alors qu’il était encore chamboulé du coma de Valentin.

Le choc que j’avais eu quand on était venu m’annoncer que le grand amour de Ludwig s’était fait tiré dessus. Les humains étaient tellement éphémères et Ludwig se renferma peu à peu sur lui-même, me laissant aux abois du à ma relation avec Guillaume. Ce dernier avait subitement disparu, me laissant seule. J’avais déménagé pour éviter le scandale et j’étais tombée sur Darcy par hasard. Son air angélique, sa manière, sa prestance, tout m’avait plu en lui. Et j’étais tombée dans ses bras comme la plupart des femmes mortelles mais bon, il était tellement beau. La beauté ne fait pas tout mais il était aussi présent sans poser trop de questions et c’est ce que j’aimais chez lui. Peut-être qu’un jour, j’oserai m’afficher avec lui.

Perdue dans mes pensées, je me piquai par erreur le doigt. Je me mis à rire en pensant à la belle au bois dormant. Portant l’index à ma bouche pour sucer le sang qui avait giclé partout, j’entendis subitement la sonnette en bas. Cela devait être lui et je n’étais même pas préparée. Génial. Tant pis, après tout, je pense qu’il se fichait de tout ça. Descendant les marches, je m’arrêtais un instant devant le portrait de mon père et plantai mon regard dans le sien. Nous ne nous ressemblions en rien. Je tenais tout de ma mère, sauf peut-être mes cheveux noirs mais c’était une autre histoire.

En vitesse, je me dirigeai vers la grande porte du manoir et l’ouvris. Je m’arrêtai un instant sur le seuil avant de lancer un sourire convaincu à mon interlocuteur. J’avais alors oublié la paire de ciseaux dans mes cheveux, les épingles dans mes vêtements et enfin que je n’étais pas maquillée et tout le reste.

« Toujours aussi ponctuel, Darling. »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy J. Orwell

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste cinéphilement indépendant

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Mer 17 Mar - 7:01

    « J'ai dis non, combien de fois est-ce qu'il va falloir que je le répète ? » S'impatiente Darcy, au téléphone depuis bientôt quatre minutes. C'est largement trop, surtout lorsqu'il n'est pas d'humeur à prendre les gens avec des pinces. Madame Jolie-Orwell, Alissa de son prénom, a été la femme de son père - par conséquent, il s'agit de la mère de Darcy bien sûr - et elle a vécu presque toute sa vie en roulant sur l'or et la gloire. Quelle déception ce fut, encore plus que la mort elle-même de son mari, de devoir perdre tout ça. Si elle a vu un instant en Darcy un espoir de continuer à pouvoir faire parler d'elle dans les journaux à potins malgré ses soixante ans, elle a vu tout faux. Deuxième déception de sa vie, celle de voir son fils foutre en l'air un avenir de cinéaste et d'acteur pour aller faire ce que fait le commun des mortels en Irlande. Pourquoi l'Irlande, d'ailleurs, qu'est-ce qu'on peut bien y trouver ?

    « Merde, t'as qu'à être actrice toi-même. Y faut toujours des vieilles cloches dingues pour jouer dans les mauvaises comédies. J'ai un truc de prévu, salut. »

    Il raccroche. Darcy demeure immobile durant un instant. Vient-il véritablement de parler comme ça à sa mère ? C'est une femme excentrique, superficielle et prétentieuse, mais ce n'est pas une raison. Au fond de lui, il sait bien qu'elle l'aime et qu'elle ne souhaite que son bonheur.... Même si pour cela, elle se sent obligée de l'appeler trois cent mille fois par jour pour lui dire que certains cinéastes seraient bien heureux qu'il fasse un tour en Amérique pour jouer dans un film ou dans un autre. Il doit bien admettre qu'il s'est posé la question à quelques reprises. S'il a l'impression que la vie ne lui emmène rien de bien intéressant et qu'il ne peut plus connaître la surprise, il se demande lui-même ce qu'il souhaite trouver en Irlande plus qu'ailleurs. Il est bien certain qu'il pourrait simplement continuer sa carrière, faire de l'argent et se taper de jolies femmes, de bels hommes. La facilité n'a jamais été un plaisir, pas pour un Orwell.

    Le jeune acteur pousse un profond soupir et s'assoit sur son lit, prenant dans ses mains un bloc-note sur lequel il rédige depuis un peu moins d'une semaine les dialogues d'un scénario qu'on lui a envoyé. Bon d'accord, il n'a pas complètement arrêté de se mêler à l'industrie du cinéma. La boîte de production pour laquelle son père a bossé toute sa vie n'est pas idiote, elle souhaite que Darcy demeure dans leurs rangs au cas où il se déciderait à remettre la main à la pâte tôt ou tard, que ce soit devant ou derrière les caméras. C'est donc cela qu'il fait, de la scénarisation. Il a toujours eu un certain talent pour l'écriture, il a étudié quelques années en littérature, cours qu'il n'a jamais complété par manque de temps.

    ***

    Darcy vient tout juste de stationner sa bagnole près du manoir où réside Tiffany. Ce soir, c'est avec en sa compagnie qu'il prévoit passer sa soirée et cette perspective l'enchante. C'est une des rares choses qui semblent avoir de l'intérêt ces derniers temps, parce qu'il est en conflit avec l'Art. On lui en veut toujours d'essayer à tout prix de décrocher alors qu'il y est voué. Quoi qu'on en pense, Darcy est un artiste. Il est prétentieux, arrogant, suffisant, riche, macho, égocentrique, bizarre, méchant... mais enfin, c'est un artiste tout de même. De toute façon, il n'y a pas vraiment de ligne de conduite pour ça, il l'est et un point c'est tout. Tout son être fonctionne de cette manière, son cerveau pense en fonction de l'Art. Son corps est instrument de l'Art, il n'est qu'un pantin, qu'un comédien dans le large théâtre de la vie. Il en va de même pour la musique, pour l'écriture.. Mais puisqu'il est en conflit, il peut se permettre de faire semblant de faire partie du commun des mortels, de vivre sans avoir de but ou d'utilité. Après tout, n'y-a-t-il donc pas quelque chose de plus futile que de baiser ou de tomber amoureux ?

    Tiffany est une fille agréable ; elle est jolie, intelligente, drôle... Le fait qu'elle soit convaincue d'être un vampire n'embête pas Darcy. D'accord, elle est dingue et puis qu'est-ce que ça change ? Elle demeure jolie, intelligente et drôle. Ses délires lui rappellent Ludwig et bien qu'il déteste penser de cette façon, il n'est pas con au point de se mentir et de le nier. Honnêtement, c'est même ce genre de pensée qui l'a poussé à l'approcher. Elle est la meilleure amie de son ex, il n'y a rien de plus tentant même s'il ne croit pas réellement en une vengeance. Après tout, Ludwig n'a probablement que très peu de chose à cirer du fait qu'il couche avec une fille, meilleure amie ou pas. Cette histoire est un passé lointain et enterré. Au fond de lui, Darcy sait que ça n'a jamais cessé de le bouleverser, mais il n'a pas le temps de se laisser atteindre. À quand les 48h dans une journée, ce serait pratique !

    Une fois arrivé à la porte, il cogne. On vient lui ouvrir dans les minutes suivantes et il sert un large sourire à la demoiselle qui se tient devant lui, radieuse comme toujours, et prête à lui servir à son tour un sarcasme joliment formulé. Il entra, puis lâche en un soupir :

    « Laisse tomber les sarcasmes, j'ai fait de gros efforts pour être à l'heure. Tu me manquais. »

    Ce genre de phrases est naturel chez lui, dans cette relation qu'ils entretiennent tous les deux. C'est difficile à définir, Darcy n'est pas amoureux d'elle. Elle compte à ses yeux plus qu'il ne voudrait bien l'admettre, rien n'est plus sur, mais il n'a pas envie de tomber amoureux. C'est certainement le genre de fille qu'il aimerait, avec qui il pourrait vivre quelque chose de vrai s'il s'en donnait la peine, mais il n'est pas rendu là dans sa vie. Ils se fréquentent, et rien n'est bien clair entre eux, même pour eux. Il agit avec elle comme s'ils étaient un couple, insistant chaque fois qu'ils allaient quelque part pour qu'ils s'affichent. Même en Irlande, Darcy était connu. Certes, c'était beaucoup moindre qu'en Angleterre ou qu'aux États-Unis, mais il l'était tout de même. Il était parfaitement conscient que se montrer en public avec une femme créerait une folie autour de lui, qu'on en publierait des papiers. C'est ce qu'il veut. Cela ne l'empêche pas de coucher avec d'autres gens, des hommes surtout. Il est à peu près sur que c'est la même chose pour elle de toute façon et bien qu'il s'en sente un peu agacé, il ne dira jamais rien là-dessus. Il y a Joylee au top de sa liste de désirs, mais en dehors de ça, Tiffany est peut-être la seule femme sérieuse dans sa vie.

    « J'avoue que j'ai passé toute la journée à penser à tout ce que je te ferais ce soir, parce qu'il faut bien admettre que trois jours sans s'envoyer en l'air, c'est long.»

    Un petit sourire moqueur, un regard espiègle. Il est à peine entrer qu'il a éliminer la distance entre eux, il l'a entourée de ses bras en se penchant pour l'embrasser dans le cou. Ok, Darcy a toujours été vite en affaire, mais il faut l'accepter comme il est, sinon ça ne vaut pas le coup d'essayer. De toute façon, c'est un mensonge puisque Darcy a couché avec un homme, un serveur du bar où il a été festoyé la veille. Ce n'est qu'une futilité, pourquoi s'en préoccuper ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Mer 17 Mar - 21:45

Je me laissai guider par Darcy comme d'habitude et même si nous n'étions pas ensembles, son visage réussit à me faire oublier tous les soucis que j'avais alors en tête auparavant, Certes, j'étais au courant de la réputation sulfureuse du jeune acteur mais je n'étais pas non plus à plaindre. J'avais réussi à séduire mon psychothérapeute m'attardant dans une des relations des plus destructrices pour au final tomber amoureuse de lui. Big Brother (la Gossip Girl de Londres) avait alors dévoilé notre relation au grand jour et Guillaume avait perdu son emploi, sa notoriété et tous ses clients. Je pense qu'il s'était envolé pour l'Australie ou quelque chose dans le genre sans me donner ne serait que la simple nouvelle. Puis peu de temps après, j'avais eu des nouvelles du détective que j'avais engagé. « J'ai retrouvé votre fils! » Sentiment de joie et de peur aussi. Mon enfant que j'avais abandonné trois ans auparavant. Mais je n'étais qu'une gamine.

Je plantai mon regard dans celui de Darcy et capturai ses lèvres en lui déposant un simple et chaste baiser. Je savais que ce dernier ne s'en arrêtera pas là et je souris. Un de mes petits sourires pervers qui disaient clairement que j'avais quelque chose derrière la tête. En l'occurrence lui et moi, sans nos vêtements ne serait pas trop mal. « Trois jours sans sexe... » C'est ça ouais! Fous-toi de ma gueule. Comme si je croyais que tu n'avais pas été voir ailleurs. Bien entendu, je m'étais retrouvée trop occupée pour aller coucher à droite et à gauche. Puis le véritable, le seul homme qui m'intéressait (à part Darcy et Ludwig), s’appelait Gabriel. C’est pour ça que je ne loupais aucun cours d’Histoire Ancienne. Je me demandai ce que dirai Darcy s’il apprenait ça. Bien sûr, il s’en ficherait comme de l’an quarante puisqu’il sait qu’il a toutes les filles à ses pieds. Il a même réussi à m’avoir, moi, Tiffany Addams. Enfin, je préfère coucher avec Darcy J. Orwell plutôt qu’avec William E. Norrington.

« Bon, je vais retirer toutes les épingles que j’ai dans mes vêtements pour éviter de te blesser par inadvertance. Tu viens ? On monte ? Je ne tiendrai pas à ce que tu me prennes comme ça sur la table devant mon pauvre père. Tu risquerais de le choquer… »

Je lui avais susurré ces mots en caressant sa divine chevelure pour finalement attraper sa main et monter les immenses marches du manoir Addams. C’était un lieu avec une décoration rustique (fait par ma belle mère peu de temps avant que je n’arrive) et je ne m’en étais jamais plainte. J’aimais beaucoup ce genre de tapisserie et tout le reste. J’entrai dans mon atelier où l’espèce de robe (qui n’était pas au stade final) trônait en plein milieu de la pièce. Lentement, je retirai les ciseaux qui retenaient mes cheveux, ainsi que les épingles que j’avais plantées dans mes vêtements. Ensuite, je rangeai le tout dans une petite boite et tombai sur la photo de Noah que le détective avait amené. Je souris en voyant sa petite bouille et la rangea pour aller me consacrer à mon amant. Je m’approchai de lui et le pris doucement dans mes bras en lui souriant (encore une fois. Je souriais beaucoup en présence de Darcy) avant de lui dire sur un ton des plus calmes…

« Alors, ton film, cela avance bien ? Peut-être viendrai-je te voir un jour… en amis bien sûr. Je ne pense pas être prête à tout annoncer à Ludwig même si cela ne te dérangerait pas bien entendu. Puis, tu sais qu’il te martyriserait encore plus. »

Je déposai un fin baiser dans son cou et l’entrainai vers ma chambre qui était la porte juste à côté de mon atelier. Un éclair vint traverser le ciel et je m’allongeai sur le lit, entrainant Darcy avec moi, lui donnant un fougueux baiser. J’attendais qu’il fasse quelque chose, connaissant sa nature impatiente. Je savais que bientôt, je serai dépossédé de la microscopique robe que j’avais sur le dos. Il ne me restait plus qu’à attendre…

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy J. Orwell

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste cinéphilement indépendant

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Jeu 18 Mar - 8:00

    Darcy a un petit côté superficiel, ce n'est pas une surprise pour personne. Certes, il aime les belles choses, il aime tout ce qui coûte beaucoup d'argent et il supporterait difficilement de sortir sans être au volant de la toute dernière voiture de sport, quelque chose comme ça. N'empêche, elle est drôlement attirante Tiffany lorsqu'elle n'est pas du tout arrangée, lorsqu'elle.. est banale. En fait, la vérité c'est qu'elle n'est jamais banale. Darcy a toujours besoin d'un petit quelque chose pour être charmé, chez elle c'est un petit quelque chose bien naturel, qu'il ne peut pas vraiment identifier et dont il se fiche du nom de toute manière. Elle est sexy sans avoir besoin de se maquiller. Avec elle, il ne se sent pas superficiel comme il l'est toujours. C'est différent, mais pourtant, c'est à la fois comme ce l'est toujours. Darcy est un salaud, malgré ses soi-disant "principes" de ne jamais briser de cœurs. Il court à droite et à gauche parce que l'argent et la popularité, ça ouvre bien des portes du côté du sexe... de tous les côtés en fait, mais la plupart ne l'intéressent pas.

    « En bas, en haut.. Qu'importe. » Soupire-t-il avec un air moqueur. Le manoir est immense, et au nombre de fois où il a mis les pieds ici, il n'a encore jamais croisé qui que ce soit d'autre que Tiffany, en dehors des quelques-uns qui travaillent pour la famille. Toutefois, pas question de perdre du temps et de l'énergie à argumenter pour un détail aussi futile que l'endroit, il la suit jusqu'en haut où elle va ranger ses épingles. Le jeune homme jette un coup d'oeil aux alentours. Eh bien, c'est peut-être une autre chose qui lui plaît chez elle, c'est une artiste. Il se sent étrangement plus en confiance lorsqu'il a affaire à des gens "du même monde", c'est ainsi qu'il dirait les choses. Sa relation un peu particulière, voire maladive, avec l'Art ne changera jamais. C'est peut-être l'unique véritable amour de sa vie.

    Tiffany aborde le sujet de son film. En même temps, ils atterrissent tout en douceur sur le lit de la demoiselle. Il est momentanément déchiré entre les deux, deux passions probablement aussi fortes l'une que l'autre. Merde, c'est chiant de penser ainsi d'un job et d'une relation d'humain à humain, mais c'est ainsi tout simplement.

    « J'aime être martyrisé... » Répondit-il doucement, toujours un sourire accroché aux lèvres, mais il est comme envoûté et sans envie de penser à Ludwig là, maintenant. C'est inutile de toute façon, il sait lui-même qu'il y pense suffisamment comme ça sans avoir besoin d'en rajouter. « Mon film va bien, mais je lui ai donné congé pour la soirée... j'espère qu'il ne sera pas trop jaloux. »

    C'est limite chiant la manière qu'il a de comparer ces choses inanimées à la réalité et aux gens qui devraient lui tenir à coeur, mais Tiffany doit en avoir l'habitude si elle n'a encore jamais eu envie de lui crier dessus ou de lui mettre une claque. C'est chouette pour ça, eux deux, peut-être parce qu'ils n'ont pas besoin de se prendre la tête avec des futilités et que Darcy se sent libre. Bien sûr, il espère que toutes ces jolies choses sont réciproques et qu'ils sont sur la même longueur d'onde autant que dans son impression. Bref, pour en revenir à l'essentiel de la soirée, Darcy plonge sa main sous la robe de Tiffany, caressant doucement sa peau au passage. Quoi qu'elle en pense, sa peau nue est toujours chaude, agréable. Bien sûr, il ne mentionnerait jamais ce détail de peur de froisser ses gênes vampiriques, mais c'est la réalité.

    Avec elle, c'est une histoire de douceur. D'accord, quelque chose ça a pu être autre chose, mais c'était une question de circonstances... il faut savoir être approprié au bon moment. Darcy l'embrasse doucement, il n'a pas envie d'attendre parce qu'attendre l'a toujours emmerdé, mais elle vaut bien ça. Elle vaut bien ce désir qu'il laisse monter en lui tout en découvrant lentement son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Ven 19 Mar - 2:35

Je souris à sa remarque sur son film et pensais à ma collection qui allait être présenté au monde, la semaine prochaine. Je n’avais pas pris le soin d’envoyer un carton d’invitation à Ludwig, je savais qu’il serait trop occupé pour venir me voir et qu’il aurait la tête ailleurs. Enfin, bien entendu, je pouvais toujours lui en procurer une au cas où et pour ne pas le vexer. Actuellement, j’avais plutôt autre chose en tête. Je voulais Darcy, même si je m’affichai avec un autre homme pour le moment et que j’avais fait la couverture d’un magazine à scandales avec mon jeune mannequin (plus vieux que moi quand même) pour ne pas éveiller les soupçons. Puis Darcy continuait ses activités nocturnes avec les autres hommes ou femmes, mais nous n’avions jamais vraiment convenus d’un accord à l’amiable. Je pense que j’allais lui en toucher un mot demain. A vrai dire j’avais autre chose en tête actuellement.

« Ma collection peut attendre également, même si je suis censée la présenter la semaine prochaine… Tu voudras venir ?»

J’avais proposé cela comme-ci c’était la chose la plus naturelle au monde. C’était un évènement que personne ne voulait manquer. Quelques personnes de Londres que je connaissais auparavant faisaient spécialement le déplacement et j’étais à la fois, stressée et excitée de ce défilé. Enfin là, actuellement si j’étais excitée, c’était pour autre chose que le défilé. C’était plutôt parce que j’avais un homme sur moi qui me faisait l’effet d’une immense dose de sang ou de caféine.

Lentement, je levai la main au niveau du visage de Darcy, lui déposant une douce caresse sur sa peau parfaite. Je souris avant de capturer de nouveau ses lèvres, laissant la main de mon amant là où elle était. Après tout, elle ne me gênait pas du tout. Certes, nous avions été vite en besogne sans vraiment parler de ce que cela allait devenir et cela me convenait parfaitement. J’avais trop discuté avec mes anciens petits-amis pour m’attarder sur le sujet. Je fis descendre ma main à un rythme qui allait surement le rendre fou pour me mettre à caresser son dos. Ensuite, je relevai une de mes jambes pour le rapprocher un peu plus de moi. Cette subite ivresse qui montait en moi allait me consumer tout entière. On dit souvent que l’on ne doit pas commettre le péché de chair de peur de se faire damner. Mais nous autres vampires sont damnés de nature et je n’ai donc pas peur de perdre mon âme. Quand à Darcy, il est grand et sait ce qu’il a à faire tout seul. Je continuai peu à peu à balader ma main quand cette dernière fut rejointe par sa voisine pour s’aventurer en dessous de la chemise de Darcy tandis que sa jumelle jouait avec les boutons. Je parvins à en retirer un et souris.

« Décidément, tu me mets hors de moi, susurrai-je en déposant un baiser dans son cou pour laisser mes lèvres parcourir sa peau jusqu’à revenir à sa bouche. Quelle divine torture. »

Pendant que je lui susurrai ces mots, une de mes mains avait retiré la moitié des boutons de la chemise de Darcy. Je souris à pleines dents, fière de mon forfait. J’attendais qu’il fasse quelque chose à son tour. Parce que cela ne serait pas drôle s’il finissait sans aucun vêtement avant moi… quoique la vue ne me gênerait pas.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy J. Orwell

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste cinéphilement indépendant

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Dim 21 Mar - 8:56

    Soyons bien honnêtes : Darcy ne connaît absolument rien à la mode. Les seuls rapports qu'il peut avoir avec celle-ci, c'est lorsqu'il doit choisir des vêtements pour une soirée mondaine quelconque ou encore quand il fait ce qu'il appelle son «magasinage annuel». C'est un peu snob de sa part, mais à ce moment-là, il prend grand soin de se procurer ce qu'il est nécessaire qu'il ait pour être présentable. Voyons, quand on sort et qu'on doit rencontrer des gens, il faut avoir de quoi se mettre d'intéressant. Mais fondamentalement, il n'a que faire de la mode et de tout ça. Quel homme s'y intéresse réellement ?

    Néanmoins, Tiffany ne fait pas "de la mode", elle fait de l'Art. Les vêtements qu'elle crée sont magnifiques. Bien que Darcy ne les ait pas tous vus, il peut le dire sans hésiter. S'il doit avoir une styliste un jour, il faut absolument qu'elle soit comme Tiffany et que ce qu'elle lui propose soit dans le style. Mais il n'en aura jamais, il faut vraiment être tête enflée pour ça et même Darcy n'a pas encore atteint ce stade.

    « Bien sûr, je serai là. Je dois aller à Londres ce week-end, alors dis moi quand est ton truc et je m'arrangerai pour être de retour à Dublin. »

    Ha ! Londres... Quand Darcy avait pris la décision de quitter l'Angleterre pour venir vivre en Irlande, il ne s'était pas résolu à tout lâcher. Durant les premiers mois, il n'avait pas du tout participer aux activités de la boîte de production de son père et il avait entièrement mis sur pause sa carrière personnelle d'acteur. Puis, il s'était peu à peu remis à s'impliquer, à gérer. La vie de bohème n'étant pas exactement ce qui lui convient, il avait commencé à reprendre les affaires en se mêlant au processus de production, puis en donnant son avis sur quelques scénarios, en en écrivant. Finalement, après quelques mois supplémentaires, il avait décidé de reprendre la barre et le fait qu'il soit en Irlande ne changeait rien : il produisait des films. Quant à l'acting et à la réalisation, ce n'est assurément pas fini à jamais, mais pour le moment, il n'a pas envie de recommencer. Ça lui manque, mais il préfère désirer encore un moment plutôt que de céder. Il sait de toute façon que ça le conduirait inévitablement à retourner en Angleterre. Mais enfin, tout cela pour dire qu'à présent, il prend régulièrement l'avion.

    Pour l'heure, rien de tout cela ne compte. Il y a Tiffany, le lit, et lui. Rien de plus, rien de moins. Sa chemise est détachée, il fait encore plus chaud par ici. Le jeune homme se redresse un peu et l'embrasse dans le cou à son tour, retenant visiblement des pulsions plus grandes. Mais comme elle le dit si bien, quelle divine torture.. Darcy glisse ses mains contre ses jambes parfaites avant de les poser contre sa taille, la robe accompagnant lentement le mouvement. Puis, il se recule un peu, parce que la frénésie le gagne et il fait remonter la robe contre sa poitrine, sur ses bras et hop, au sol. Il connaît son corps, presque par coeur, en même temps que celui-ci conserve sa part de mystère. Le jeune homme glisse sa main à travers les cheveux foncés de la jeune femme, d'un mouvement lent emplis d'une.. certaine tendresse peut-être. Il la regarde doucement dans les yeux, un sourire un peu moqueur comme il a l'habitude, mais bref, puisque ses lèvres regagnent presque aussitôt les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Lun 22 Mar - 2:11

Je le contemplai aux anges, me laissant faire ou plutôt défaire. Comme hypnotisée, je plongeai mon regard dans le sien et agrippai ses lèvres comme pour seller le désir qu’il y ait en nous deux. Ensuite, je retirai sa chemise d’un coup sec qui partit rejoindre ma robe. Mes mains se baladaient sur son torse même si j’en connaissais la moindre parcelle. Je sentis la chaleur me monter aux joues et ce sentiment d’ivresse qui faisait de nous des hommes, des pauvres créatures ayant une soif inachevée pour le sexe. Quand l’être humain avait découvert que le sexe ne servait pas qu’à la reproduction, il était devenu encore plus enragé, assoiffé de jouissance jusqu’à s’en procurer lui-même par de la masturbation. Perdue dans mes pensées, je me pinçai un moment la lèvre avant de l’embrasser de nouveau dans le cou. Certes, Darcy était un Dom Juan, un coureur de jupons (et de caleçons) ayant une des réputations les plus scandaleuses de Dublin mais cela ne me dérangeait pas de l’avoir à mes côtés. Je n’essayai même pas le changer, de lui mettre une laisse ou encore de le brimer. Je savais qu’il était comme ça. Après tout, je n’avais pas besoin de courir à droite et à gauche pour m’envoyer en l’air. Je n’avais que deux amants depuis la disparition de Guillaume et mon temps était très bien réparti entre les deux. Benjamin ne venait qu’occasionnellement et était d’une gentillesse et d’une fidélité sans épreuve. Quand à Darcy, il me réquisitionnait plus souvent étant un véritable assoiffé de corps et de chaleur, de ce besoin de sentir un corps nu contre le sien.

Je me mordillai une nouvelle fois la lèvre et me mis à jouer avec sa ceinture. Je trouvai cela bizarre qu’il prenne autant de temps, mais soit après tout cela ne pouvait m’être que bénéfique car le plaisir était d’autant plus intense quand on prenait son temps. Je sentis son membre se décupler entre mes jambes et les resserrai pour faire monter sa propre jouissance avant de laisser ma main s’attarder dessus. Ensuite, j’attrapai sa bouche, avide de sensations et plaçai sa main sur mon corps, la laissant le parcourir sans aucune retenue. De mon côté, mes gestes se firent plus prudes et retenus étant donné que j’étais une fille, je me devais de garder le peu d’honneur qu’il me restait.

Chacune de mes conquêtes avait leur manière propre de faire l’amour. Lestat, mon tout premier partenaire sexuel était une vrai bête, assoiffé de sensations fortes et de violence, comme un animal sauvage. Ensuite, il y avait eu Ludwig (avec qui j’avais couché à chaque fois que j’étais bourrée) qui était le plus expérimenté de tous, le plus tendre et le plus approfondi surement du à son côté féminin qui ressortait la plupart du temps. Puis, j’avais également couché deux ou trois fois avec Guillaume qui du à son grand âge savait lui aussi s’y prendre me faisant prendre mon pied à chaque fois que je le voulais, étant de loin ma plus grand réussite. Suite à sa disparition, j’avais commencé une relation interdite avec Darcy, ne pouvant le dire à personne, ce qui la rendait plus excitante que n’importe quelle autre histoire. Sa manière de me prendre pouvait être à la fois bestial et raffiné – comme il l’était maintenant – pensant à la fois à son propre plaisir et au mien, éprouvant une grand tendresse et une grande brutalité dans ses gestes, ce qui pouvait me mettre hors de moi, me faire sortir de mes propres limites. Mes rapports avec Benjamin étaient plus conventionnels étant donné que nous préférions le dialogue pour ensuite pratiquer nous abandonnant chacun l’un à l’autre. Ils nous étaient déjà arrivés d’avoir un orgasme en même temps, ce qui pouvait signifier une parfaite complicité.

Je défis sa ceinture à une rapidité affolante, laissant ma main s’aventurer dans les endroits interdits. Je pris de nouveau ses lèvres en otage et laissai ma langue entrer dans sa bouche pour jouer avec la sienne. Un ballet endiablé débuta alors et une nouvelle bouffée de chaleur m’envahit, faisant monter la tension sexuelle dans la pièce. Je dus cependant mettre un terme au baiser pour reprendre mon souffle… Avant de lui lâcher entre deux respirations…

« As-tu ce qu’il faut sur toi ou dois-je aller en chercher à la salle de bain avant de prendre une douche froide ? »

J’avais effectivement besoin d’une douche froide pour calmer mes ardeurs, voulant prolonger le jeu entre nous deux un peu plus longtemps… Après tout, j’adorai ce genre de jeu, alors pourquoi ne pas s’y abandonner ?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy J. Orwell

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste cinéphilement indépendant

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Mar 23 Mar - 5:55

    Ce qui est bien dans ce genre de moment, c'est de pouvoir s'évader de sa propre tête, songe toujours Darcy. Il n'est peut-être pas un grand philosophe, mais il lui est souvent arrivé de réfléchir à toutes sortes de choses plus ou moins utiles comme ceci. Le sexe, c'est bien tout ce que c'est au fond des choses. « S'envoyer en l'air », l'expression lui plaît tout particulièrement puisqu'il s'agit d'une élévation, d'un moment de pure extase de l'âme. Faire l'amour, c'est presque un Art quand on ne le souille pas trop de mensonges et d'abus. Les excès, ça oui, ils ont bon goût et il ne faut surtout pas les freiner.

    Darcy est un homme qui ne s'arrête que peu souvent, qui n'en a tout simplement pas la capacité. Son esprit vaque toujours à une chose ou à une autre, entre celle-ci et celle-là. Et tout aussi spirituel qu'il se plaît à être, il a besoin de ce côté physique. Les plaisirs charnels lui permettent de remettre les pieds sur terre, c'est un peu étrange vu sous cet angle. Il a besoin de se sentir ... terrestre, d'être impuissant face à des désirs plus grands et plus forts que lui.

    « J'en ai plus. Mais t'es pas obligée de partir. »

    Tiffany est une source incontestable de désir. C'est difficile à expliquer pour un homme qui s'aventure tout aussi bien d'un côté et de l'autre, chez ces messieurs et ces mesdames. Il a envie d'être auprès d'elle et ce n'est pas simplement une question de sensations physiques, ça lui apporte vraiment quelque chose de plus. Sa présence l'apaise, lui permet de prendre le temps comme il vient, de marquer une pause quelque part sur sa route. Il aime se retrouver avec elle ici, ailleurs, qu'importe où finalement. Au fond de lui, il sait bien que les choses ne pourront pas éternellement continuer d'être aussi simples, mais il préfère ne pas trop se poser de questions pour l'instant et simplement en être heureux. Il vaut certainement mieux profiter de l'instant présent, de calme et de cette rage de proximité. Paradoxal, je vous l'accorde.

    La jeune femme a bien eu l'intention de se lever, mais Darcy a bien du mal à la laisser partir. Sa nature impatiente reprend le dessus malgré tout, même si sa relation avec Tiffany tend à lui montrer qu'il peut apprécier les choses lorsqu'elles ne vont pas aussi vites qu'il en a l'habitude. Le jeune homme la garde dans ses bras un moment, couvrant son corps de caresses et de baisers, puis relâche un peu son étreinte.

    « Tu fais dans la torture. » Marmonne-t-il, alors qu'elle est bien décidée à faire un détour à la salle de bain.

    Darcy n'oserait sans doute jamais protester directement, mais en homme qu'il est, il n'a pas tellement peur de prendre des risques. Tiffany lui a dit prendre la pilule et lorsqu'il a d'autres relations, il se protège toujours. Il lui semble bien qu'entre eux, il pourrait y avoir quelque chose de plus libre, considérant qu'au lit, ils sont presque engagés, presque comme un couple sérieux. Mais enfin, si elle insiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Mar 13 Avr - 21:38

Je me tournai vers Darcy et le regardai un moment, déposant un doux baiser sur ses lèvres. Des fois, j’aimerai que nous ne soyons plus que de simples copains de baise mais bon… Il m’était impossible de me considérer comme étant en couple avec Darcy, vu ses nombreuses aventures et ma relation avec Benjamin. Un doute me vint cependant à l’esprit. Et si Mysterious Ways apprenait pour notre relation ? Je perdrais à coup sûr Benjamin, Ludwig et Darcy. En gros, je me retrouverai toute seule, sans personne pour m’aider dans l’éducation de Noah.

Lentement, je me remis au dessus de Darcy et continuai de l’embrasser tout en pensant à de multiples choses. J’aimais coucher avec Darcy, au lit, il était doué mais est-ce qu’en dehors de ça, il y avait quelque chose ? Je me le demandai. Et si nous avions quelque chose d’autre en commun, d’autre que Ludwig et le sexe. Je savais que si Lud le lui demandait, Darcy arrêterait toute relation avec moi pour se consacrer à mon meilleur ami, si égoïste mais je ne supporterai pas de le perdre. Je me posai sans doute trop de questions mais je m’en fichai pas mal. J’étais une fille, j’étais tordue et en plus j’étais un vampire.

Après avoir joué avec les lèvres de Darcy, je me levai et défis mon soutien-gorge le lui balançant, le lui laissant sous entendre que s’il le voulait, il pourrait me suivre. Ma belle-mère me disait souvent que si je voulais garder un mec, il fallait que je le mène par le bout du sexe. Et c’est clairement ce que je faisais avec Darcy. Traversant le couloir, je retirai mes collants faisant comme le chemin du petit poucet et entrai dans la salle de bains. Là, je contemplai mes cheveux fraichement coupés et faillis me remettre à pleurer en voyant mon reflet. J’étais devenue tout ce que je ne voulais pas être. Une fille facile qui couchait à droite et à gauche, une mère indigne et je délaissais mes études pour mes créations. Je souffrais intérieurement ne disant rien.

Voulant chasser mes idées noires, je commençai à faire couler l’eau de la douche et me disais que faire l’amour dans la douche ne serait pas une mauvaise idée. Malheureusement des sentiments confus envers Darcy vinrent en moi. C’était perturbant ! Je pense que j’étais en train de tomber amoureuse de lui. Mais comment faire face à un tel coureur de jupons qui ne voyait que par Joylee ? J’allais donc devoir me rabattre sur Benjamin en attendant de retrouver Noah.

Quand la douche fut à point, je retirai le dernier vêtement qui me restait et me glissai en dessous. L’eau chaude vint couler sur mon corps dénudé et je m’attendais à voir Darcy débarqué. Faire ça sous la douche, why not ? Je me laissais porter et me tournai dos à la porte, laissant l’eau me mouiller complètement. Mes cheveux complètement trempés gouttaient le long de moi et quand j’entendis la porte claquée, je lâchai en chuchotant :

« Je t’attendais. »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darcy J. Orwell

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Artiste cinéphilement indépendant

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Jeu 22 Avr - 2:47

HJ : Pardon pour le retard !

    C'est agréable, aussi agréable que ce l'est toujours, mais le simple fait qu'il prenne le temps de s'arrêter pour y penser ne laisse rien présager de bon. C'est simplement qu'il a l'impression que quelque chose ne tourne pas rond. Tiffany agit comme elle en a toujours eu l'habitude, mais quelque chose est changé. Il sent qu'elle est tourmenté et il ignore si ça le regarde ou non. Après tout, rien n'écarte la possibilité que quelque chose se passe dans sa vie personne, quelque chose dont Darcy peut ne pas avoir même une petite idée. Ils ne sont que des amants, pas même assez proches pour se faire de grandes confidences. La plupart de leurs conversations tournent autours de choses ordinaires, sinon de leur boulot respectif. Elle s'intéresse à son cinéma et lui, il a beaucoup d'admiration pour ce qu'elle crée, ses vêtements et tout le reste. Ils sont tous les deux des artistes et ils échangent, mais ce n'est pas souvent verbalement tout compte fait.

    Ces pensées ne l'empêche pas de prolonger langoureusement les baisers offerts par la demoiselle, la serrant toujours un peu plus contre lui, un peu plus passionnément. La jeune femme se déshabille lentement, il la regarde avec une certaine tendresse peut-être. Les apparences sont parfois trompeuses, autant que les choses peuvent être confuses et c'est bien le cas pour ce qui est de leur relation. Darcy ne fait que coucher avec Tiffany, il n'est pas certain d'avoir envie que ça soit davantage entre eux, mais pourtant, il la regarde avec un respect proche de celui qu'il aurait probablement si elle était sa petite amie. Oui, il la respecte. Il ne fait pas que la considérer comme un jouet, rien de tout ça. Si ça aurait été le cas, il ne se donnerait pas la peine de revenir la voir tous les soirs ou presque.à

    Le cinéaste ne dit rien, demeure songeur sur le grand lit de la chambre de la demoiselle. Elle s'éloigne à travers les couloirs tout en laissant tomber quelques plumes petit peu par petit peu. Un mince sourire se glisse sur son visage. Il a toujours aimé l'ambiance du manoir Addams, il y a quelque chose de bien particulier. Elle se balade comme ça presque entièrement nue alors que son père se trouve autre part dans le manoir et d'ailleurs, Darcy songe qu'il ne serait peut-être même pas si outré de voir sa fille s'adonner à ce genre de petit jeu avec lui. Peu importe, il aime cet endroit presque autant que Tiffany ; il y a quelque chose de très plaisant, d'enrichissant, ... c'est près de la liberté pure.

    Après quelques minutes, le jeune homme se lève finalement et rejoint Tiffany à la salle de bain. Lorsqu'il entre, il la retrouve entièrement nue sous l'eau de la douche et il demeure silencieux, immobile, quelques instants encore. Il termine d'enlever ses vêtements lui aussi et il la rejoint sans un mot. Aussitôt, ils se retrouvent. Elle n'a le temps que de prononcer quelques mots - " Je t'attendais " - que leurs lèvres sont de nouveau jointes. Il l'appuie délicatement contre le mûr froid et dévie ses baisers jusque dans son cou avec douceur. Tout en refermant son étreinte autour d'elle, il murmure à son oreille :

    « Qu'est-ce qui ne va pas ? »

    Il le sait. Il a toujours su détecter la moindre variation dans l'humeur et dans l'attitude des gens. Il espère qu'elle ne cherchera pas à nier, parce qu'il ne pourrait pas se défaire de cette impression qu'effectivement, quelque chose cloche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiffany J. Addams
BUGS BUNNY
I'm a Stupid Rabbit

avatar


Feuille de personnage
● Relations:
● Occupation: Styliste / Etudiante

MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   Jeu 22 Avr - 3:27

Je faillis me mettre à pleurer. Quand il me demanda ce qui n’allait pas. Je faillis exploser. Lui dire pour Noah, Lestat, Ludwig, Benjamin et lui. Mes sentiments pour lui. Notre rapprochement et le fait que je l’aime. Oui je l’aime. Mais je ne pouvais pas lui dire comme ça. Hé au fait mon chéri, je suis mère et je t’aime sinon on baise ? Non, franchement cela ne collait pas. Comment pourrais-je tout lui avouer ? Mes péchés, tous mes péchés. Comment ? Comment ? Comment ? Toutes ces questions qui tournicotaient dans ma tête. Tout se bousculait et j’allais avoir besoin de lui. J’avais entendu dire qu’une fête allait avoir lieu. J’allais y aller avec lui, mais je devais parler à Ludwig avant. Lui dire que je voulais être avec Darcy.

« Je ne suis plus certaine que ce genre de relations me convienne, dis-je à voix basse. »

Une larme coula le long de ma joue. Je ne l’essuyai pas et avec peu de chance, Darcy n’y verrait pas d’inconvénients. L’eau continua de couler et je ne sentais presque plus rien, me plongeant dans un état léthargique prêt de l’agonie. Je ne pouvais plus bouger. Je ne pouvais faire que parler et soudain, les mots se mirent à jaillir de ma bouche comme un flot insatiable. Je ne pouvais plus m’arrêter, je ne pouvais faire qu’espérer. Espérer qu’il ne parte pas.

« Je suis à bout Darcy. Entre Ludwig, Benjamin et toi. Ainsi que Noah qui va bientôt venir s’installer ici. Je me surprends à t’aimer plus que je ne le devrais. Tu n’es qu’un simple humain après tout, mais je pense que oui. Je t’aime réellement. Comme Noah. Noah que je retrouverai bientôt et que je ne quitterai plus. Je l’ai abandonné tu comprends. Mon propre enfant. La chair de ma chair. Mais je n’avais que seize ans et je veux le retrouver. Il n’est pas loin. Je ne sais pas si tu resteras. Tu sais, je viens de te dire que je t’aimais, que j’avais un fils… Personne ne le sait. Même pas Ludwig, je te fais confiance mais si tu veux le balancer sur Mysterious Ways, ne te gêne pas. Après tout, cela ne sera plus un secret pour tout le monde étant donné que je vais le chercher la semaine prochaine… »

Ma voix fut atténuée par le flot d’eau qui coulait sur nous deux et je me rapprochai un peu plus de lui en fermant les yeux, en espérant qu’il ne parte pas comme ça, comme il est venu. Darcy a fait irruption dans ma vie comme un boulet de canon et je me souviens encore de notre première rencontre. Enfin de la première fois où nous nous sommes vraiment parlé. Il savait qui j’étais et qui il était. Mais on s’en fichait. On s’en fichait comme de l’an quarante. Je pensais que nous deux s’étaient purement sexuels puis je me suis mise à penser à lui constamment ainsi qu’à Noah. Je voulais qu’il rencontre Noah. Mon fils. Mon sang. Mais mon fils me demanderait qui il était pour moi et je lui répondrais quoi.

*Darcy aime Ludwig, tu n’es qu’un jouet pour lui*

Ce fut comme un choc électrique, et je me détachai de lui. Je coupai l’eau et levai la tête vers lui. Il aimait encore Ludwig et il se servait de moi pour lui faire du mal. Quelle conne ! Mais quelle conne ! Je venais de lui avouer mes sentiments comme une imbécile.

« Je n’avais pas compris mais tout est clair. Tu l’aimes encore ? Ludwig ? Oh non ! Je ne veux pas être un jouet. Je ne veux pas être ton sex toy, Darcy. Si tu me cherches, je serai dans mon atelier. »

Telle une furie, je sortis de la douche, enfilai mon peignoir et partis dans le manoir, les cheveux trempés. Si Darcy aimait Ludwig, il profiterait de mon prochain rendez-vous avec Ludwig pour lui faire du mal. De rage, je tapai contre le mur et regardai le sang s’écouler de ma plaie. Rage, confusion, amour, désir. Tout cela d’un coup, cela fait beaucoup. Je fermai la porte, un grand coup. Ensuite, je mis la musique à fond. Blur, song 2. Ensuite, je me dirigeai vers la commode et sortis la photo de Noah que j’épinglai à côté de mon patron. Ensuite, je fis ce que je savais faire de mieux. Créer des vêtements.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Aimer quelqu'un c'est quand on s'aperçoit que la seule personne qui peut vous combler est celle qui vous fait mal


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une "discussion" enflammée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une "discussion" enflammée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Discussion] : Format "TEAMPLAY".
» [Discussion] : Du prix des cartes "pimp".
» [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
With or without you :: Southside :: Logements :: Manoir Addams-
Sauter vers: